Accueil > Morphine > M102

M102

44C

mercredi 7 janvier 2015, par Guillaume Vissac

À un moment, cette jeune fille qui n’est pas
celle qui construit ses mots lorsque s’ouvre
sa bouche, a dit cette chose, peut-être même
dans la poussière spatiale
. Un quelque chose
te tire sur la plèvre avec une ficelle. D’où
que le mal provienne, il s’abat sur ton cou,
ta cage thoracique, tes yeux rouges. C’est à
la place des plis que ça te tire le plus. La
ficelle frotte contre quelque chose de réel.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M102 , version 2 (7 janvier 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
À un moment, cette jeune fille qui n’est pas
celle qui construit ses mots lorsque s’ouvre
sa bouche, a dit cette chose, peut-être même
dans la poussière spatiale
. Un quelque Quelque chose
te tire sur la plèvre avec une ficelle. D’où
que le mal provienne te vienne , il s’abat sur ton cou corps ,
ta cage carcasse thoracique, tes yeux rouges. C’est à
la place des plis de tes os que ça te tire le plus. La
ficelle frotte contre quelque chose de réel d’humain .



La jeune fille : « Peut-être même de la poussière spatiale ». Une douleur plus profonde qui vient d’ailleurs.


°

Notes


Interlude #3, Le numéro 41 (アキラ)

°