Accueil > Morphine > M106

M106

44C

dimanche 11 janvier 2015, par Guillaume Vissac

Putain mais qu’est-ce qui se passe ? Tu es à
l’envers & une explosion te tord le cou ! Tu
t’es endormi, l’écran vient de reprendre ses
droits sur tes yeux. Tu as la bouche bizarre
& tu aurais juré qu’une présence humaine, là
près de toi, te réchauffait l’épiderme. Mais
non, il n’y a personne. La télévision siffle
des images déstructurées. La mise au point &
l’autofocus commencent à bouger dans la boue
de tes humeurs vitrées... Le numéro 41 tient
dans sa main une capsule cryogénisée. Dedans
un filament d’ADN brun. Un nom est écrit sur
le tube en japonais & le numéro 41 est comme
écarquillé lorsqu’il le lit. L’armée négocie
avec le numéro 41, mais on ne négocie jamais
avec les terroristes. Le numéro 41 n’est pas
un terroriste. C’est une espèce de monstre à
la peau bien humaine. Dans son dos, l’armée,
plus ou moins finement, cherche à le baiser.
Un satellite de défense air-sol est braqué à
cet instant précis sur son visage. Ce qu’ils
veulent c’est le mettre hors d’état de nuire
de suite ! Le numéro 41 est émotionnellement
instable. Des foules de réfugiés marchent au
hasard sur les ruines de ce qui était encore
au début du film une autoroute. Le héros, le
corps massé sur une moto, cherche du regard,
avec beaucoup de soin, serein, le numéro 41.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M106 , version 2 (11 janvier 2015)

Putain mais qu’est-ce qui se passe ? Tu es à
l’envers & une explosion te tord le cou ! Tu
t’es endormi, l’écran vient de reprendre ses
droits sur tes yeux. Tu as la bouche bizarre
& tu aurais juré qu’une présence humaine, là
près de toi, te réchauffait l’épiderme. Mais
non, il n’y a personne. La télévision siffle
des images déstructurées. La mise au point &
l’autofocus commencent commence à bouger se faire dans la boue
de tes humeurs vitrées... Le numéro 41 tient
dans sa main une capsule cryogénisée. Dedans
un filament d’ADN brun. Un nom est écrit sur
le tube en japonais & le numéro 41 est comme
écarquillé lorsqu’il le lit. L’armée négocie
avec le numéro 41, mais on ne négocie jamais
avec les terroristes. Le numéro 41 n’est pas
un terroriste. C’est une espèce de monstre à
la peau bien humaine. Dans son dos, l’armée,
plus ou moins finement, cherche à le baiser.
Un satellite de défense air-sol est braqué à
cet instant précis sur son visage. Ce qu’ils
veulent c’est le mettre hors d’état de nuire
de suite ! Le numéro 41 est émotionnellement
instable. Des foules de réfugiés marchent au
hasard sur les ruines de ce qui était encore
au début du film une autoroute. Le héros, le
corps massé sur une moto, cherche du regard,
avec beaucoup de soin, serein, le numéro 41.



Tu te réveilles. La VHS a continué sans toi. Le numéro 41 tient une capsule cryogénisée pleine d’ADN. Il négocie avec l’armée. L’armée veut l’abattre à l’aide d’un satellite. Le héros cherche le numéro 41 dans des décombres.


°

Notes


Interlude #3, Le numéro 41 (アキラ)

°