Accueil > Morphine > M11

M11

44C

mercredi 8 octobre 2014, par Guillaume Vissac

La pharmacie grise est jaunâtre, elle gît là
sous la terre, il faut descendre des marches
de craie pour l’atteindre. Tu ouvres un oeil
& tes yeux jouent au jeu de la scrute... Que
manque-t-il ? Du lait d’oiseau. De la mangue
& des contraceptifs pour les hippopotames. À
la place de ta gorge il y a de la pénombre &
des pains d’hibiscus. Ça sent bon les hautes
herbes, la javel, le plastique, la moiteur &
la méthamphétamine. Ils ont même une étagère
pleine de médocs importés du Japon. Kanjis &
kanas & des fresques murales à l’encre noire
& blanche : c’est de l’art d’emballage & les
boîtes sont en carton. Tu ignores tout de la
forme, des molécules de ces drogues. La voix
de Pélaguéïa marmonne. Elle dit, c’est Gloum
qui les a commandés. Gloum était encore ici.
C’est faux bien sûr mais le fantôme de Gloum
était encore ici. Il sentait la sueur mâle &
le whisky-coca. Il est là, il est là quelque
part & en ce moment-même il circule. Morievo
l’a bouffé comme le sticker en forme de rose
suinte sur la vitre de la cuisine son poison
pour toxiquer les mouches. Morievo lui-même,
tu le sais, est un sticker pour toxiquer les
mouches. Leopold Gloum est d’accord avec ça.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M11 , version 2 (11 octobre 2014)

La pharmacie grise. Les médocs en série. Le fantôme de Léopold Gloum.

La pharmacie grise est jaunâtre, elle gît là
sous la terre, il faut descendre des marches
de craie pour l’atteindre. Tu ouvres un oeil
& tes yeux jouent au jeu de la scrute... Que
manque-t-il ? Du lait d’oiseau. De la mangue
& des contraceptifs pour les hippopotames. À
la place de ta gorge il y a de la pénombre &
des pains d’hibiscus. Ça sent bon les hautes
herbes, la javel, le plastique, la moiteur &
la méthamphétamine. Ils ont même une étagère
pleine de médocs importés du Japon. Kanjis &
kanas & des fresques murales à l’encre noire
& blanche : c’est de l’art d’emballage & les
boîtes sont en carton. Tu ignores tout de la
forme, des molécules de ces drogues. La voix
de Pélaguéïa marmonne. Elle dit, c’est Gloum
qui les a commandés. Gloum était encore ici.
C’est faux bien sûr mais le fantôme de Gloum
était encore ici. Il sentait la sueur mâle &
le whisky-coca. Il est là, il est là quelque
part & en ce moment-même il circule. Morievo
l’a bouffé comme le sticker en forme de rose
suinte sur la vitre de la cuisine son poison
pour toxiquer les mouches. Morievo lui-même,
tu le sais, est un sticker pour toxiquer les
mouches. Leopold Gloum est d’accord avec ça.



La pharmacie grise. Les médocs en série. Le fantôme de Léopold Gloum.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 12

°