Accueil > Morphine > M110

M110

44C

jeudi 15 janvier 2015, par Guillaume Vissac

Il fait nuit. Le numéro 41 construit sur son
corps un nouveau bras valide à base de métal
récupéré, de déchets de zinc, de câbles pour
l’énergie électrique. L’armée surveille tous
ses mouvements & analyse les fluctuations de
son énergie en temps réel. Il y a des mètres
de données imprimées qui serpentent au sol &
que l’on voit osciller. Le héros & l’héroïne
se tiennent les coudes ou les genoux au coin
d’un feu improvisé. Les flammes remuent dans
leurs ombres, le noir de la nuit pèse sur la
ville. Le numéro 41 s’est retranché dans une
espèce de vieux stade olympique & abandonné.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M110 , version 2 (15 janvier 2015)

La nuit c’est relâche. Le numéro 41 s’est retranché dans un vieux stade olympique abandonné.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Il fait nuit. Le numéro 41 construit sur son
corps un nouveau bras valide à base de métal
récupéré, de déchets déchet de zinc , tôle & de câbles pour
l’énergie électrique. L’armée surveille tous
ses mouvements & analyse les fluctuations de
son énergie en temps réel. Il y a des mètres
de données courbes imprimées qui serpentent au sol &
que l’on voit osciller. Le héros & l’héroïne
se tiennent les coudes ou les genoux au coin
d’un feu improvisé. Les flammes remuent dans
leurs ombres, le noir de la nuit pèse sur la
ville. Le numéro 41 s’est retranché dans une
espèce sorte de vieux stade olympique & de foot gris abandonné.



La nuit c’est relâche. Le numéro 41 s’est retranché dans un vieux stade olympique abandonné.


°

Notes


Interlude #3, Le numéro 41 (アキラ)

°