Accueil > Morphine > M112

M112

44C

samedi 17 janvier 2015, par Guillaume Vissac

Le militaire a retrouvé le numéro 41. Il lui
demande de rentrer avec lui au labo car tous
ses pouvoirs sont en train de l’éviscérer de
l’intérieur. Le numéro 41 tremble de douleur
& de rire en même temps. Il refuse : ce dont
il a besoin c’est d’une drogue pour contenir
ce qui en lui le dépasse. Le militaire tire.
Il lui tire une balle dans le tronc. Bientôt
le numéro 41 ne sera plus le numéro 41 ni le
dépositaire de son humanité mais un tapis de
chairs & de biologie débridée. Une amibe. Tu
entends les dialogues dans une langue autre,
ça n’a pas beaucoup de sens mais ça te porte
autre part. Tu es battu. Le reste du film en
train de s’écouler comme la bave à ta lèvre.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M112 , version 2 (17 janvier 2015)

Le militaire a retrouvé le numéro 41. Il lui
demande de rentrer avec lui au labo car tous
ses pouvoirs aptitudes sont en train de l’éviscérer l’éventrer de
l’intérieur. Le numéro 41 tremble de douleur
& de rire en même temps. Il refuse : ce dont
il a besoin c’est d’une drogue pour contenir
ce qui en lui le dépasse. Le militaire tire.
Il lui tire une balle dans le tronc. Bientôt
le numéro 41 ne sera plus le numéro 41 ni le
dépositaire de son humanité mais un tapis de
chairs & de biologie débridée. Une amibe. Tu
entends les dialogues dans une langue autre,
ça n’a pas beaucoup de sens mais ça te porte
autre part. Tu es battu. Le reste du film en
train de s’écouler comme la bave à ta lèvre.



Le militaire négocie avec le numéro 41 pour le ramener vers la raison. Il échoue. Il lui tire dessus. Il devient un monstre. Tu t’endors. Le monde mute toujours le long de ton sommeil.


°

Notes


Interlude #3, Le numéro 41 (アキラ)

°