Accueil > Morphine > M123

M123

44C

mercredi 28 janvier 2015, par Guillaume Vissac

4h... Si tu te fous le feu à toi-même, à tes
vêtements & à ton corps humain, la froideur,
le blizzard & la peur vont bien fondre... Tu
veux savoir où vous êtes à présent. Tu dis &
tu dis les choses. À voix haute. Tu poses de
bonnes questions. Personne pour te répondre.
En réalité, la voiture est embourbée dans la
neige. La neige est au genou quand tu passes
par la vitre pour pouvoir t’extirper. On dit
que le moteur est mort... Trop chaud ou bien
trop froid. Congelé noir ébouillanté, putain
de sa merde (sic), dit le pompier le plus au
fait avec la mécanique (mais il n’a pas jeté
un oeil dans le cambouis sous la tôle, non).
Pour une raison ou pour une autre tu en veux
à Tolstoï. Puis une terreur animale te prend
dans la poitrine & tu n’en dis rien non rien
à personne & Tolstoï, là où il est & qui que
ce soit, il ne peut rien pour toi & te voilà
forcé de manipuler dans ta gueule une parole
volatile qui commence par, voilà ce qu’on va
faire, ok ? Les pompiers se retournent. 2 ou
3 paires de 2 yeux safranés malades à vomir.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M123 , version 2 (28 janvier 2015)

4h... Si tu te fous le feu à toi-même, à tes
vêtements & à ton corps humain, la froideur,
le blizzard & la peur vont bien fondre... Tu
veux savoir où vous êtes à présent. Tu dis &
tu dis les choses. À voix haute. Tu poses de
bonnes questions. Personne pour te répondre.
En réalité, la voiture est embourbée dans la
neige. La neige est au genou quand tu passes
par la vitre pour pouvoir t’extirper. On dit
que le moteur est mort... Trop chaud ou bien
trop froid. Congelé noir ébouillanté, putain
de sa merde (sic), dit le pompier le plus au
fait avec la mécanique (mais il n’a pas jeté
un oeil dans le cambouis sous la tôle, non).
Pour une raison ou pour une autre tu en veux
à Tolstoï. Puis une terreur animale te prend
dans la poitrine & tu n’en dis rien non rien
à personne & Tolstoï, là où il est & qui que
ce soit, il ne peut rien pour toi & te voilà
forcé de manipuler dans ta gueule une parole
volatile qui commence par, voilà ce qu’on va
faire, ok ? Les pompiers se retournent. 2 ou
3 paires de 2 yeux safranés malades à vomir & vomis .



4h, c’est long. & si tu te foutais le feu à toi-même, là tu aurais moins froid ? La voiture est coincée dans la neige, elle est morte. C’est à toi de prendre les devants & de dire : voilà ce qu’on va faire.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « La tempête de neige » (Livre de Poche), P. 55-56.

°