Accueil > Morphine > M124

M124

44C

jeudi 29 janvier 2015, par Guillaume Vissac

Voilà ce qu’on va faire, ok ? Le moteur a dû
froidir, on doit pouvoir le faire repartir &
on doit pouvoir relancer la machine : il y a
de l’énergie là-dessous & on va la harceler,
on va la harceler jusqu’à ce qu’elle explose
dans le moteur & que le moteur reparte, ok ?
On n’a pas le choix, il faut sortir d’ici ou
la tempête va nous recouvrir. Voilà ce qu’on
va faire : l’un d’entre nous va rester, dans
l’habitacle de la voiture, & va se mettre au
volant, pleins phares, pour, si la chose est
possible, prendre en main la navigation. Les
2 autres devront sortir par le coffre ou par
la vitre & pousser. Il faut s’attendre à une
progression lente & laborieuse. Il faut tout
donner sans mesure. Nous sommes embourbés là
où il n’y a plus de route. Il va falloir que
l’on parvienne à redresser la voiture & dans
la mesure du possible la pousser, dans cette
direction, la pousser physiquement, ok ? Les
2 pompiers, tous leurs yeux mis dehors & les
2 visages blafards. La pilosité sous la peau
qui bleuit... Ce que tu as dit à voix haute,
ces quelques mots, tout s’est matérialisé au
gramme près. La voiture est ôtée de la neige
compacte. La salissure le long de la blanche
déjà en passe d’être épongée par de la neige
nouvelle qui : bref. Il n’y a rien d’autre à
savoir ici. Simplement que tes prévisions se
sont réalisées. & que la voiture est sauvée.


<  -  >
{Révisions}

3 révisions

M124 , version 4 (29 janvier 2015)

Liste des choses-que-l’on-va-faire-ok dite par ta bouche pour s’extirper de la neige embourbée ( ça fonctionne ). Voilà ce qu’on va faire , ok  ? le moteur a refroidi nous devrions pouvoir avancer - il faut sortir d’ici où la tempête va nous recouvrir - on pousse - progression laborieuse - retour sur la route où la neige est moins profonde -

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Voilà ce qu’on va faire, ok ? Le moteur a dû
froidir, on doit pouvoir le faire repartir &
on doit pouvoir relancer la machine : il y a
de l’énergie là-dessous & on va la harceler,
on va la harceler jusqu’à ce qu’elle explose
dans le moteur & que le moteur reparte, ok ?
On n’a pas le choix, il faut sortir d’ici ou
la tempête va nous recouvrir. Voilà ce qu’on
va faire : l’un d’entre nous va rester, dans
l’habitacle de la voiture, & va se mettre au
volant, pleins phares, pour, si la chose est
possible, prendre en main la navigation. Les
2 autres devront sortir par le coffre ou par
la vitre & pousser. Il faut s’attendre à une
progression lente & laborieuse. Il faut tout
donner sans mesure. Nous sommes embourbés là
où il n’y a plus de route. Il va falloir que
l’on parvienne à redresser la voiture & dans
la mesure du possible la pousser, dans cette
direction, la pousser physiquement, ok ? Les
2 pompiers, tous ltous leurs yeux mis dehors & les
2 visages blafards . Les
2 visages blafards.
La pilosité sous la peau
qui bleuit... Ce que tu as dit à voix haute,
ces quelques mots, tout s’est matérialisé au
gramme près. La voiture est ôtée de la neige
compacte. La salissure le long de la blanche
déjà en passe d’être épongée par de la neige
nouvelle qui : bref. Il n’y a rien d’autre à
savoir ici. Simplement que tes prévisions se
sont réalisées, & que la voiture est sauvée . & que la voiture est sauvée.

Cf. Récits d’un jeune médecin, « La tempête de neige » (Livre de Poche), P. 56.

M124 , version 3 (29 janvier 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Voilà ce qu’on va faire, ok ? Le moteur a dû
froidir, on doit pouvoir le faire repartir &
on doit pouvoir relancer la machine : il y a
de l’énergie là-dessous & on va la harceler,
on va la harceler jusqu’à ce qu’elle explose
dans le moteur & que le moteur reparte, ok ?
On n’a pas le choix, il faut sortir d’ici ou
la tempête va nous recouvrir. Voilà ce qu’on
va faire : l’un d’entre nous va rester, dans
l’habitacle de la voiture, & va se mettre au
volant, pleins phares, pour, si la chose est
possible , prendre en main la navigation . autant que faire
se peut Les
2 autres devront sortir par le coffre ou par
la vitre & pousser.
Il faut s’attendre à une
progression lente & laborieuse.
Il faut tout
donner sans mesure.
Nous sommes embourbés là
où il n’y a plus de route.
Il va falloir que
l’on parvienne à redresser la voiture & dans
la mesure du possible la pousser, dans cette
direction, la pousser physiquement, ok ?
Les
2 pompiers, ltous leurs yeux mis dehors.
Les
2 visages blafards.
La pilosité sous la peau
qui bleuit...
Ce que tu as dit à voix haute,
ces quelques mots, tout s’est matérialisé au
gramme près.
La voiture est ôtée de la neige
compacte.
La salissure le long de la blanche
déjà en passe d’être épongée par de la neige
nouvelle qui : bref.
Il n’y a rien d’autre à
savoir ici.
Simplement que tes prévisions se
sont réalisées, & que la voiture est sauvée.

M124 , version 2 (29 janvier 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Voilà ce qu’on va faire, ok ? Le moteur a dû
froidir, on doit pouvoir le faire repartir &
on doit pouvoir relancer la machine : il y a
de l’énergie là-dessous & on va la harceler,
on va la harceler jusqu’à ce qu’elle explose
dans le moteur & que le moteur reparte, ok ?
On n’a pas le choix, il faut sortir d’ici ou
la tempête va nous recouvrir. Voilà ce qu’on
va faire : l’un d’entre nous va rester, dans
l’habitacle de la voiture, & va se mettre au
volant, pleins phares, pour, autant que faire
se peut

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



Liste des choses-que-l’on-va-faire-ok dite par ta bouche pour s’extirper de la neige embourbée (ça fonctionne).


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « La tempête de neige » (Livre de Poche), P. 56.

°