Accueil > Morphine > M133

M133

44C

dimanche 8 février 2015, par Guillaume Vissac

Tu as posé ton front contre le verre froid &
bombé de l’écran cathodique & l’eau noire de
la bande VHS s’écoule en vrombissant. Il n’y
a plus d’effervescence : on dirait plutôt de
l’électricité statique. Quelque chose comme,
tu ne sais pas, de la mélancolie. Ou quelque
chose comme de la tristesse. Comme si la glu
de l’écran te retombait sur les épaules pour
te coudre un manteau sur la peau ou bien une
ombre neuve aux chevilles. Cela fait plus de
3 heures à présent que la bande tourne. Rien
sur l’écran. Rien dans ta bouche ni dans tes
yeux, rien dans ton corps. Tes yeux brûlent.
Rien dans le roulement de la bande plastique
caché dans le mécanisme de la VHS. Rien dans
les reflets saisis sur le bord de la fenêtre
(saisis comme on le dirait du beurre au fond
d’une poêle), rien au plafond de la pièce où
le fantôme de Léopold gît allongé, t’observe
l’air amusé, mort & vivant à la fois. Ok, tu
te dis, restons-en là. Tu cherches la touche
eject... L’électricité statique te lèche les
cheveux, puis l’image se brouille au fond de
l’écran où une forme humaine apparaît. C’est
une femme aux cheveux ocre & aux yeux bleus.
On la voit de face & elle tend quelque chose
à quelqu’un : une épée. Oui, c’est une épée.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M133 , version 3 (10 février 2015)

Tu as posé ton front contre le verre froid &
bombé de l’écran cathodique & l’eau noire de
la bande VHS s’écoule en vrombissant. Il n’y
a plus d’effervescence : on dirait plutôt de
l’électricité statique. Quelque chose comme,
tu ne sais pas, de la mélancolie. Ou quelque
chose comme de la tristesse. Comme si la glu
de l’écran te retombait sur les épaules pour
te coudre un manteau sur la peau ou bien une
ombre neuve aux chevilles. Cela fait plus de
3 heures à présent que la bande tourne. Rien
sur l’écran. Rien dans ta bouche ni dans tes
yeux, rien dans ton corps. Tes yeux brûlent.
Rien dans le roulement de la bande plastique
caché dans le mécanisme de la VHS. Rien dans
les reflets saisis sur le bord de la fenêtre
(saisis comme on le dirait du beurre au fond
d’une poêle), rien au plafond de la pièce où
le fantôme de Léopold gît allongé, t’observe
l’air amusé, mort & vivant à la fois. Ok, tu
te dis, restons-en là. Tu cherches la touche
eject éject ... L’électricité statique te lèche les
cheveux, puis l’image se brouille au fond de
l’écran où une forme humaine apparaît. C’est
une femme aux cheveux ocre & aux yeux bleus.
On la voit de face & elle tend quelque chose
à quelqu’un : c’est une épée. Oui, c’est une épée.Une lame fine.

M133 , version 2 (8 février 2015)

Changement de position : tu t’es appuyé contre l’écran de la télévision & l’électricité statique a remplacé l’effervescence. Tu es sur le point d’abandonner lorsqu’une image apparaît sur l’écran : c’est une femme .Elle tend une épée à quelqu’un.

Tu as posé ton front contre le verre froid &
bombé de l’écran cathodique & l’eau noire de
la bande VHS s’écoule en vrombissant. Il n’y
a plus d’effervescence : on dirait plutôt de
l’électricité statique. Quelque chose comme,
tu ne sais pas, de la mélancolie. Ou quelque
chose comme de la tristesse. Comme si la glu
de l’écran te retombait sur les épaules pour
te coudre un manteau sur la peau ou bien une
ombre neuve aux chevilles. Cela fait plus de
3 heures à présent que la bande tourne. Rien
sur l’écran. Rien dans ta bouche ni dans tes
yeux, rien dans ton corps. Tes yeux brûlent.
Rien dans le roulement de la bande plastique
caché dans le mécanisme de la VHS. Rien dans
les reflets saisis sur le bord de la fenêtre
(saisis comme on le dirait du beurre au fond
d’une poêle), rien au plafond de la pièce où
le fantôme de Léopold gît allongé, t’observe
l’air amusé, mort & vivant à la fois. Ok, tu
te dis, restons-en là. Tu cherches la touche
éject... L’électricité statique te lèche les
cheveux, puis l’image se brouille au fond de
l’écran où une forme humaine apparaît. C’est
une femme aux cheveux ocre & aux yeux bleus.
On la voit de face & elle tend quelque chose
à quelqu’un : c’est une épée. Une lame fine.



Changement de position : tu t’es appuyé contre l’écran de la télévision & l’électricité statique a remplacé l’effervescence. Tu es sur le point d’abandonner lorsqu’une image apparaît sur l’écran.


°

Notes


Interlude #4, La fiancée de la rose (薔薇の花嫁)

°