Accueil > Morphine > M139

M139

44C

samedi 14 février 2015, par Guillaume Vissac

Pathétique. Il (le duelliste) dit d’elle (la
fille à genoux qui a presque perdu & héroïne
de cette histoire) qu’elle est pathétique. À
la place de lui scier le coeur, le duelliste
lui scie la lame de son épée : elle ne tient
plus qu’à un fil. Dans une seconde elle aura
perdu. Tout le monde le sait & la fiancée de
la rose le sait également. Mais, elle pense,
elle a déjà vu ça quelque part. Elle a comme
un prince dans l’oeil gauche. & elle réalise
quelque chose. Elle pleure. La protection de
l’épée rouge du duelliste est brisée. C’est,
semble-t-il, impossible. Pourtant l’héroïne,
debout à nouveau, a refusé de perdre. Elle a
la garde de son épée, ses 3 ou 4 centimètres
de lame, & sa fureur à jeter contre le corps
du duelliste. Elle le malmène. Elle donne le
la du duel. Elle reste elle-même. Un dernier
assaut : elle fait voler en éclat la rose du
duelliste, les cloches retentissent : elle a
gagné. Elle exige au duelliste, rends-moi ce
que tu m’as pris... La fiancée de la rose en
face est en larmes. L’héroïne est elle-même.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M139 , version 3 (15 février 2015)

Pathétique. Il (le duelliste) dit d’elle (la
fille à genoux qui a presque perdu & héroïne
de cette histoire) qu’elle est pathétique. À
la place de lui scier le coeur, le duelliste
lui scie la lame l’acier de son épée  : elle ne tient
plus qu’à un fil l’épée . Sa lame ne tient
plus qu’à un fil.
Dans une seconde elle aura
perdu. Tout le monde le sait & la fiancée de
la rose le sait également. Mais, elle pense,
elle a déjà vu ça quelque part. Elle a comme
un prince dans l’oeil gauche. & elle réalise
quelque chose. Elle pleure. La protection de
l’épée rouge du duelliste est brisée. C’est,
semble-t-il, impossible. Pourtant l’héroïne,
debout à nouveau, a refusé de perdre. Elle a
la garde de son épée, ses 3 ou 4 centimètres
de lame, & sa fureur à jeter contre le corps
du duelliste. Elle le malmène. Elle donne le
la la du duel. Elle reste elle-même. Un dernier
assaut : elle fait voler en éclat la rose du
duelliste, les cloches retentissent : elle a
gagné. Elle exige au duelliste, rends-moi ce
que tu m’as pris... La fiancée de la rose en
face est en larmes. L’héroïne est elle-même.

M139 , version 2 (14 février 2015)

Pathétique. Il (le duelliste) dit d’elle (la
fille à genoux qui a presque perdu & héroïne
de cette histoire) qu’elle est pathétique. À
la place de lui scier le coeur, le duelliste
lui scie l’acier de l’épée. Sa lame ne tient
plus qu’à un fil. Dans une seconde elle aura
perdu. Tout le monde le sait & la fiancée de
la rose le sait également. Mais, elle pense,
elle a déjà vu ça quelque part. Elle a comme
un prince dans l’oeil gauche. & elle réalise
quelque chose. Elle pleure. La protection de
l’épée rouge du duelliste est brisée. C’est,
semble-t-il, impossible. Pourtant l’héroïne,
debout à nouveau, a refusé de perdre. Elle a
la garde de son épée, ses 3 ou 4 centimètres
de lame, & sa fureur à jeter contre le corps
du duelliste. Elle le malmène. Elle donne le
la du duel. Elle reste elle-même. Un dernier
assaut : elle fait voler en éclat la rose du
duelliste, les cloches retentissent : elle a
gagné. Elle exige au duelliste, rends-moi ce
que tu m’as pris... La fiancée de la rose en
face est en larmes ; l’héroïne est heureuse . L’héroïne est elle-même.



Fin du duel. Le duelliste est sur le point de gagner mais la fiancée de la rose pense. Elle a une émotion. La protection de l’épée est brisée. L’héroïne peut se relever & assaillir le duelliste. Elle fait voler en éclat la rose qu’il porte à la poitrine, symbole de sa victoire.


°

Notes


Interlude #4, La fiancée de la rose (薔薇の花嫁)

°