Accueil > Morphine > M147

M147

44C

dimanche 22 février 2015, par Guillaume Vissac

Tu as alors appelé quelqu’un en renfort : le
feldscher Damian Loukitch & tu lui as exposé
la situation. Damian Loukitch l’a examinée à
son tour, il a vérifié l’intérieur du paquet
& respiré l’odeur incrustée des plaquettes &
des emballages en plastique & il a dit, toi,
tu mens. Avoue au moins que tu mens. Je veux
savoir à qui tu as revendu ces médocs. Allez
il faut nous dire... Elle s’est montrée fort
choquée, elle s’est débattue avec ses bras &
avec sa voix aiguisée. Puis Damian Loukitch,
plus calme & plus humain soudainement, s’est
retourné vers toi, & voilà ce qu’il t’a dit,
ils font ce genre de trucs ici, docteur. Une
professionnelle comme celle-là fait un petit
tour à l’hôpital, se fait prescrire quelques
saloperies, &, une fois rentrée chez elle au
village ou dans son building 3 étoiles, elle
s’en va faire la tournée des bonnes femmes &
elle leur vend sa came à prix cassé. Pendant
tout le discours de Damian, la femme était à
portée de sa bouche & elle n’a rien perdu de
ses dires. & pourtant la voilà qui demande &
qui relance & qui harcèle comme si de rien &
elle tire ta manche & elle dit, ce serait-il
possible de m’en prescrire encore un peu, un
ou 2 par exemple, docteur ? D’abord, tu n’as
pas su quoi répondre. & ensuite, tu as juste
baragouiné quelques banalités, trop assommé,
trop honteux pour t’emporter outre mesure. À
sa figure orange tu as simplement dit, c’est
non, je ne te prescrirai plus jamais rien de
tout ça... & ton ventre, est-ce que va mieux
au moins ? & elle qui est là, à te répondre,
avec sa voix mielleuse, oh oui docteur, tout
est parti d’un coup comme par enchantement !


<  -  >
{Révisions}
Aucune révision


Damian Loukitch en renfort : il t’explique que parfois les camés du coin viennent se faire prescrire des trucs pour les revendre derrière. Elle ne se démonte pas. Elle en demande encore. C’est niet.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Les ténèbres d’Egypte » (Livre de Poche), P. 62-63.

°