Accueil > Morphine > M18

M18

44C

mercredi 15 octobre 2014, par Guillaume Vissac

Tu te dis cet homme n’a pas la santé mentale
propre. Peut-être est-il étanche. Peut-être,
aussi, que l’homme est un camé. L’infirmière
est avec lui, elle le fait boire sans doute.
Elle est belle. La gamine elle est belle. Tu
te dis, il a des traits réguliers cet homme.
La mère était belle ça se voit. Il doit être
veuf. Tu demandes, il est veuf ? Pélaguéïa &
sa bouche te répondent oui. Damian Loukitch,
des gestes bruts dans les gestes & les bras,
déchire la robe de la gamine de haut en bas.
Son corps s’échappera du tissu. Tu regardes.
Ce que tu vois dépasse toutes tes craintes &
tes pires cruautés, oui. De la jambe gauche,
à proprement parler, il ne reste plus rien :
à partir du genou mis en miettes c’est comme
un minestrone bouillant d’os blancs pressés,
de fibres muscles rouges & de graisse noire.
La jambe droite a été brisée au niveau tibia
péroné, les 2 extrémités des os ont percé la
peau, ressortent à l’extérieur. Le pied là à
gésir, tourné sur le côté, comme indépendant
de ce corps auquel des langues de sang jaune
continuent de le rattacher. Le feldscher est
de dos. Il dit, oui. Tu t’ébroues de ta peur
& tu cherches son pouls. Rien. Il n’y a rien
au fond de son bras congelé. Il n’y a rien à
la surface de ses poignets. Il n’y a rien ou
il y a quelque chose. C’est une pulsation au
rythme à peine perceptible. Onde sinusoïdale
aux crêtes écarquillées. Elle passe, l’onde,
elle traverse la salle comme une main tendue
& personne n’a de monnaie dans aucune de ses
poches. La gamine... Les ailes bleues de son
nez & le sel sur ses lèvres blanchies. Tu as
envie de dire, c’est fini. Tu te retiens. Un
instant, c’est un instant ce qui te tiens au
contact du monde. À nouveau l’onde traverse.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M18 , version 3 (16 octobre 2014)

Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 15-17 15-16

M18 , version 2 (15 octobre 2014)

Cet homme est peut-être fou. Il est veuf. La gamine est belle & broyée au niveau de ses jambes. C’est un minestrone. Tu cherches son pouls. Ce n’est pas un pouls c’est une onde sinusoïdale ce pouls.

Tu te dis cet homme n’a pas la santé mentale
propre. Peut-être est-il étanche. Peut-être,
aussi, que l’homme est un camé. L’infirmière
est avec lui, elle le fait boire sans doute.
Elle est belle. La gamine elle est belle. Tu
te dis, il a des traits réguliers cet homme.
La mère était belle ça se voit. Il doit être
veuf. Tu demandes, il est veuf ? Pélaguéïa &
sa bouche te répondent oui. Damian Loukitch,
des gestes bruts dans les gestes & les bras,
déchire la robe de la gamine de haut en bas.
Son corps s’échappera du tissu. Tu regardes.
Ce que tu vois dépasse toutes tes craintes &
tes pires cruautés, oui. De la jambe gauche,
à proprement parler, il ne reste plus rien :
à partir du genou mis en miettes c’est comme
un minestrone bouillant d’os blancs pressés,
de fibres muscles rouges & de graisse noire.
La jambe droite a été brisée au niveau tibia
péroné, les 2 extrémités des os ont percé la
peau, ressortent à l’extérieur. Le pied là à
gésir, tourné sur le côté, comme indépendant
de ce corps auquel des langues de sang jaune
continuent de le rattacher. Le feldscher est
de dos. Il dit, oui. Tu t’ébroues de ta peur
& tu cherches son pouls. Rien. Il n’y a rien
au fond de son bras congelé. Il n’y a rien à
la surface de ses poignets. Il n’y a rien ou
il y a quelque chose. C’est une pulsation au
rythme à peine perceptible. Onde sinusoïdale
aux crêtes écarquillées. Elle passe, l’onde,
elle traverse la salle comme une main tendue
& personne n’a de monnaie dans aucune de ses
poches. ... La gamine... . Les ailes bleues de son
nez & le sel sur ses lèvres blanchies. Tu as
envie de dire, c’est fini. Tu te retiens. Un
instant, c’est un instant ce qui te tiens au
contact du monde. À nouveau l’onde traverse.



Cet homme est peut-être fou. Il est veuf. La gamine est belle & broyée au niveau de ses jambes. C’est un minestrone. Tu cherches son pouls. Ce n’est pas un pouls c’est une onde sinusoïdale ce pouls.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 15-17

°