Accueil > Morphine > M188

M188

44C

samedi 4 avril 2015, par Guillaume Vissac

Les souvenirs, disaient quelqu’un, quelqu’un
dont tu as oublié le nom, c’est comme le feu
& c’est comme l’eau, ça prolifère. Ici, dans
ton œil gauche, le souvenir d’une image, une
image née d’un mot, barbe, car ça s’engendre
comme ça, mot par mot, salive & syllabe, les
sons d’abord, le sens après, & dans la glace
tu te rasais, alors, avec une lame Gillette,
de la mousse sur la moitié du visage, rasoir
dans l’autre main, on t’avait alors appelé &
c’était une urgence : quelqu’un chiait, dans
un buisson elle chiait. Tu avais dit, mais &
alors ? Elle pouvait bien chier des bouts de
papier mâché avant la sarbacane ou chier des
œufs de pâques si ça la chantait... Sauf que
non ! Car on t’avait dit que c’était un môme
ce qu’elle chiait ! Suite à quoi tu t’étais,
dans la seconde, dépêché de te dépêcher, une
moitié de barbe sur la figure, en maillot de
corps
comme disait Ergorytch, qui, lui, n’en
portait aucun de maillot de corps car ce que
l’on racontait de lui derrière son dos c’est
qu’il était en passe de clodoïsation, voilà,
voilà ce que c’était qui te traversait toute
la matière visqueuse & ocre qui dansait dans
ta tête le jour où il a fallu que tu ailles,
en urgence, faire accoucher une femme qui ne
savait même pas qu’elle accouchait alors, le
cul versé dans un buisson de ronces ou d’or.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M188 , version 2 (4 avril 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Les souvenirs, disaient quelqu’un, quelqu’un
dont tu as oublié le nom, c’est comme le feu
& c’est comme l’eau, ça prolifère. Ici, dans
ton œil gauche, le souvenir d’une image, une
image née d’un mot, barbe , barbe , car ça s’engendre
comme ça, mot par mot, salive & syllabe, les
sons d’abord, le sens après, & dans la glace
tu te rasais, alors, avec une lame Gillette,
de la mousse sur la moitié du visage, rasoir
dans l’autre main, on t’avait alors appelé &
c’était une urgence : quelqu’un chiait, dans
un buisson elle chiait. Tu avais dit, mais &
alors ? Elle pouvait bien chier des bouts de
papier mâché avant la sarbacane ou chier des
œufs de pâques si ça la chantait...
Sauf que
non !
Car on t’avait dit que c’était un môme
ce qu’elle chiait !
Suite & on t’avait dit que c’était un môme
ce que l’on chiait , suite à quoi tu t’étais,
dans la seconde, dépêché de te dépêcher, une
moitié de barbe sur la figure, en maillot maillot de
corps corps comme disait Ergorytch, qui, lui, n’en
portait aucun de maillot de corps car ce que
l’on racontait de lui derrière son dos c’est
qu’il était en passe de clodoïsation , voilà ,
voilà ce que c’était qui te traversait toute
la matière visqueuse & ocre qui dansait dans
ta tête le jour il a fallu que tu ailles ,
en urgence , faire accoucher une femme qui ne
savait même pas qu’elle accouchait alors , le
cul versé dans un buisson de ronces ou d’or .

Un autre souvenir amené par l’emballement des mots devant la glace : le souvenir de cette femme accouchant dans un buisson & qui t’avait conduit à ne te raser qu’une moitié de ta barbe.



Un autre souvenir amené par l’emballement des mots devant la glace : le souvenir de cette femme accouchant dans un buisson & qui t’avait conduit à ne te raser qu’une moitié de ta barbe.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « L’œil disparu » (Livre de Poche), P. 72.

°