Accueil > Morphine > M21

M21

44C

samedi 18 octobre 2014, par Guillaume Vissac

Tout est clair en toi-même. Tout est limpide
& doux. Soudain, sans avoir besoin de relire
aucun de tes cours, de vérifier aucun manuel
& de demander l’avis de quiconque, voilà, tu
prends conscience. Tu prends conscience (une
certitude inébranlable) qu’il te faudra pour
la pire première fois de ta vie pratiquer un
acte d’amputation sur un être à l’agonie. Un
être qui peut-être s’en ira s’échouer sur la
lame de ton scalpel, sur les rives de chacun
de tes doigts contractés, sur la cime de tes
dents tétaniques & que cet être va mourir...
Sous ton scalpel. Mourir sous ton scalpel. À
l’heure actuelle elle n’a plus aucun litre &
aucun gramme de sang, voilà. Sur une dizaine
de kilomètres tout a coulé sous ses 2 jambes
broyées & personne ne sait même si elle sent
encore quelque chose à présent, si elle voit
quelque chose, si elle entend quelque chose.
Elle ne dit rien avec sa bouche. Pourquoi ne
meurt-elle pas ? Que te dira son père, fou ?
Une voix qui n’est ni la tienne, ni celle de
qui que ce soit, ordonne quelque chose. Elle
ordonne une deuxième fois. Elle s’adresse au
feldscher. Préparez l’amputation, fait-elle.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M21 , version 2 (25 octobre 2014)

Tout est clair en toi-même. Tout est limpide
& doux. Soudain, sans avoir besoin de relire
aucun de tes cours, de vérifier aucun manuel
& de demander l’avis de quiconque, voilà, tu
prends conscience. Tu prends conscience (une
certitude inébranlable) qu’il te faudra pour
la pire première fois de ta vie pratiquer un
acte d’amputation sur un être à l’agonie. Un
être qui peut-être s’en ira s’échouer sur la
lame de ton scalpel, sur les rives de chacun
de tes doigts contractés, sur la cime de tes
dents tétaniques & que cet être va mourir ...
. Et que cet être va mourir.
Sous ton scalpel. Mourir sous ton scalpel. À
l’heure actuelle elle n’a plus aucun litre &
aucun gramme de sang, voilà. Sur une dizaine
de kilomètres tout a coulé sous ses 2 jambes
broyées & personne ne sait même si elle sent
encore quelque chose à présent, si elle voit
quelque chose, si elle entend quelque chose.
Elle ne dit rien avec sa bouche. Pourquoi ne
meurt-elle pas ? Que te dira son père, fou ?
Une voix qui n’est ni la tienne, ni celle de
qui que ce soit, ordonne quelque chose. Elle
ordonne une deuxième fois. Elle s’adresse au
feldscher. Préparez l’amputation, fait-elle.



Soudain, une épiphanie : l’amputer. Elle va mourir sous ton scalpel, c’est sûr. Tant pis. « Préparez l’amputation ».


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 18

°