Accueil > Morphine > M221

M221

44C

jeudi 7 mai 2015, par Guillaume Vissac

La mère du môme ne cesse de glapir. Elle a
dans l’idée que des gouttes ça suffirait à
desquamer l’œil fripé & englouti. Elle est
là, elle répète, des gouttes, des gouttes,
des gouttes. Tu ne parviens pas à lui dire
que ça n’est pas possible, rapport au fait
que l’œil est enterré dans la bourbe d’une
peau malléable mais caoutchouteuse & assez
résistante. Tu lui expliques en quoi tu ne
peux pas avoir accès à la pupille, que les
gouttes n’auraient pas la place de glisser
pour pouvoir atteindre la prunelle car les
tissus sont hermétiques... Les tissus sont
hermétiques, madame, tu lui articules avec
les dents bien droites & bien pointues, le
tout de travers, les épaules emmêlées. Ou,
sinon, tu lui dis, allez voir aux urgences
de Gratchevka, eux ils ont du matériel qui
est un peu plus perfectionné qu’ici... Une
seconde de silence est passée dans sa main
& dans ses doigts ficelés dans les cheveux
du gamin, puis elle a disparu sans un mot.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M221 , version 3 (8 mai 2015)

Cf. Récits d’un jeune médecin, « L’œil disparu » (Livre de Poche), P. 85-86 85 .

M221 , version 2 (7 mai 2015)

La mère demande des gouttes mais ça n’est pas possible. Tu lui conseilles les urgences de Gratchevka. Elle s’en va.

La mère du môme ne cesse de glapir. Elle °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La mère du môme ne cesse de glapir , elle a
dans l’idée que des gouttes ça suffirait à
desquamer l’œil l’oil fripé & englouti. Elle est
là, elle répète, des gouttes, des gouttes,
des gouttes. Tu ne parviens pas à lui dire
que ça n’est pas possible, rapport au fait
que l’œil l’oil est enterré dans la bourbe d’une
peau malléable mais caoutchouteuse & assez
résistante. Tu lui expliques en quoi tu ne
peux pas avoir accès à la pupille, que les
gouttes n’auraient pas la place de glisser
pour pouvoir atteindre la prunelle car les
tissus sont hermétiques... Les tissus sont
hermétiques, madame, tu lui articules avec
les dents bien droites & bien pointues, le
tout de travers, les épaules emmêlées. Ou,
sinon, tu lui dis, allez voir aux urgences
de Gratchevka, eux ils ont du matériel qui
est un peu plus perfectionné qu’ici... Une
seconde de silence est passée dans sa main
& dans ses doigts ficelés dans les cheveux
du gamin, puis elle a disparu sans un mot.

Cf. Récits d’un jeune médecin, « L’œil disparu » (Livre de Poche), P. 85.



La mère demande des gouttes mais ça n’est pas possible. Tu lui conseilles les urgences de Gratchevka. Elle s’en va.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « L’œil disparu » (Livre de Poche), P. 85-86.

°