Accueil > Morphine > M223

M223

44C

samedi 9 mai 2015, par Guillaume Vissac

On te dit, dis, tu sais que l’hôpital a du
soucis à se faire pour sa survie ? Je veux
dire au niveau des budgets, de la finance.
C’est quelqu’un qui te parle, qui ça n’est
pas réellement important, peut-être Damian
ou peut-être un type du district. Ou bien,
ou bien une voix de femme, tiens, Aksinia,
Anna ou Pélaguéïa, enfin peu importe, on a
de la parole en soi & on la déverse contre
toi, voilà ce qu’il faut retenir. Ça ne te
surprend pas cette histoire de fermeture &
ça ne devrait surprendre personne... C’est
un hôpital nain cet endroit, voilà comment
tu te représentes la chose, une fois vissé
devant ton pigeon aux hormones, tes petits
pois radioactifs & ton Coca phosphorescent
(tu as fini ta journée, tu es là, dans les
recoins de ton logement de fonction, tu as
de la peine pour l’hôpital mais après tout
tu ne comptais pas rester ici toute ta vie
ni toute ta carrière, faut pas déconner) :
tes yeux se reflètent dans la robe du Coca
phosphorescent. Ils te regardent ces yeux.
C’est un hôpital nain, tu te répètes, sans
rien dire, tout en touillant la sauce BBQ,
de l’intérieur du tube vers l’extérieur du
tube pour en racler les derniers grammes &
les derniers millilitres. Un seul médecin,
quelques infirmiers & infirmières, Damian.
Le mec de l’entretien & qui s’occupe aussi
de la logistique, 2 ou 3 fantômes dont les
noms t’échappent aujourd’hui, & puis toute
la carcasse est en train de se craqueler &
de se fissurer sur elle-même, non : il n’y
a rien à espérer pour cet endroit... Mieux
vaut rediriger les gens vers Gratchevka...
C’est malheureux pour tous ceux qui seront
incapables de se déplacer mais vraiment ça
ne te concerne plus, franchement, tout ça,
ces histoires de service public, enfin oui
tu compatis mais tu n’y es pour rien, & il
faut bien que tu vives toi aussi, & ici tu
suffoques, voilà : tu suffoques. Le pigeon
te regarde à son tour, c’est une viande au
goût blanc & gorgé d’eau calcaire. Tu t’es
mis à souffler de la vapeur par le nez, ça
s’appelle un soupir (le pigeon également).


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M223 , version 2 (9 mai 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
On te dit, dis, tu sais que l’hôpital a du
soucis à se faire pour sa survie ? Je veux
dire au niveau des budgets, de la finance.
C’est quelqu’un qui te parle, qui ça n’est
pas réellement important, peut-être Damian
ou peut-être un type du district. Ou bien,
ou bien une voix de femme, tiens, Aksinia,
Anna ou Pélaguéïa, enfin peu importe, on a
de la parole en soi & on la déverse contre
toi, voilà ce qu’il faut retenir. Ça ne te
surprend pas cette histoire de fermeture &
ça ne devrait surprendre personne... C’est
un hôpital nain cet endroit, voilà comment
tu te représentes la chose, une fois vissé
devant ton pigeon aux hormones, tes petits
pois radioactifs & ton Coca phosphorescent
(tu as fini ta journée, tu es là, dans les
recoins de ton logement de fonction, tu as
de la peine pour l’hôpital mais après tout
tu ne comptais pas rester ici toute ta vie
ni toute ta carrière, faut pas déconner)  :
tes yeux se reflètent dans la robe du Coca
phosphorescent . ... Ils te regardent ces yeux.
C’est un hôpital nain, tu te répètes, sans
rien dire, tout en touillant la sauce BBQ,
de l’intérieur du tube vers l’extérieur du
tube pour en racler les derniers grammes &
les derniers millilitres.
Un seul médecin,
quelques infirmiers & infirmières, Damian.
Le mec de l’entretien & qui s’occupe aussi
de la logistique, 2 ou 3 fantômes dont les
noms t’échappent aujourd’hui, & puis toute
la carcasse est en train de se craqueler &
de se fissurer sur elle-même, non : il n’y
a rien à espérer pour cet endroit...
Mieux
vaut rediriger les gens vers Gratchevka...
C’est malheureux pour tous ceux qui seront
incapables de se déplacer mais vraiment ça
ne te concerne plus, franchement, tout ça,
ces histoires de service public, enfin oui
tu compatis mais tu n’y es pour rien, & il
faut bien que tu vives toi aussi, & ici tu
suffoques, voilà : tu suffoques.
Le pigeon
te regarde à son tour, c’est une viande au
goût blanc & gorgé d’eau calcaire.
Tu t’es
mis à souffler de la vapeur par le nez, ça
s’appelle un soupir (le pigeon également).

Tu manges seul dans ton logement de fonction. À l’hôpital ils disent que l’hôpital va fermer. Tant mieux finalement. Il est temps d’aller voir ailleurs, tu suffoques ici dans ce trou paumé.



Tu manges seul dans ton logement de fonction. À l’hôpital ils disent que l’hôpital va fermer. Tant mieux finalement. Il est temps d’aller voir ailleurs, tu suffoques ici dans ce trou paumé.


°

Notes


Interlude 6, Le Major (草薙素子)

°