Accueil > Morphine > M227

M227

44C

mercredi 13 mai 2015, par Guillaume Vissac

Quand on bascule l’image en mode accéléré,
mais lentement, on peut déceler des formes
& des silhouettes plus distinctes : il y a
en réalité 2 sources dissociées (on a sans
doute enregistré par dessus). Sur l’une, à
la verticale, une femme mise sur la chaîne
de montage, fabriquée brique par brique, à
la mode automobile, automatisée. Ce corps,
on l’enduit d’une huile blanche & sinueuse
qui durcit à vue d’œil. Une fois rigide, à
l’air libre, elle éclot & elle perce, sous
sa pelée gémit une nouvelle peau. C’est un
androïde en construction, semble-t-il, sur
la première image toujours. Sur la seconde
c’est une femme encore, mais vivante. Elle
traverse le ciel d’une nuit connectée. Sur
le fil de la skyline on la reconnaît, elle
plonge dans une baie vitrée (de bureau). À
l’horizontale elle se retourne, retombe au
hasard sur ses pieds, le plan suivant elle
arpente les hauteurs, bientôt elle sautera
en contreplongée sous la lune, bref, c’est
animé, ça bouge, c’est syncopé c’est bien.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M227 , version 2 (13 mai 2015)

Sur l’écran deux images se mélangent : des corps bioniques en construction & des corps en mouvement dans la réalité de la vie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Quand on bascule l’image en mode accéléré,
mais lentement, on peut déceler des formes
& des silhouettes plus distinctes : il y a
en réalité 2 sources dissociées (on a sans
doute enregistré enregistré par dessus). ). Sur l’une, à
la verticale, une femme mise sur la chaîne
de montage, fabriquée brique par brique, à
la mode automobile, automatisée. Ce corps,
on l’enduit d’une huile blanche & sinueuse
qui durcit à vue d’œil. Une fois rigide, à
l’air libre, elle éclot éclos & elle perce, sous
sa pelée gémit une nouvelle peau. C’est un
androïde en construction, semble-t-il, sur
la première image toujours. Sur la seconde
c’est une femme encore, mais vivante. Elle
traverse le ciel d’une nuit connectée. Sur
le fil de la skyline on la reconnaît, elle
plonge dans une baie vitrée (de bureau). À
l’horizontale elle se retourne, retombe au
hasard sur ses pieds, le plan suivant elle
arpente les hauteurs, bientôt elle sautera
en contreplongée sous la lune, bref, c’est
animé, ça bouge, c’est syncopé c’est bien.



Sur l’écran deux images se mélangent : des corps bioniques en construction & des corps en mouvement dans la réalité de la vie.


°

Notes


Interlude 6, Le Major (草薙素子)

°