Accueil > Morphine > M254

M254

44C

mardi 9 juin 2015, par Guillaume Vissac

Dans 10000 ans, le cube du crâne plongé dans
du liquide céphalo-rachidien, la puce Atmos™
mise dans la moelle d’un automate en carbone
de synthèse, tu repenseras à ces paroles aux
petits décibels. Un algorithme XY de mémoire
recomposée te rejouera la scène. & où seront
ces bouches, alors ? Où seront les corps mis
autour de ces bouches ? En cendres qui sait.
En poussière. En mouton de mélasse. En forme
de cœur. En admettant qu’ils soient encore &
encore en vie après tant d’années, nul doute
que l’un d’entre eux se souviendra de toi. À
la place de ton nom, ils diront celui-là & à
la place de ton visage il y aura de la buée,
de la sciure ou des marques de dents. & il y
aura des mots dans leurs artères, ils diront
des choses comme, c’était une pommade noire,
je devais me la frotter sur le corps... Sans
elle, j’étais condamné à la déliquescence...
C’est grâce à lui, en réalité, si je suis là
où j’en suis aujourd’hui. Là où il en sera :
dans l’univers immatériel des pensées floues
& connectées. Dans le réseau nano-graphique.
& elle, elle son bec en forme de bouche, son
humeur à la vase majestueuse, elle dira, lui
c’est un monsieur de la ville, un homme sans
attention, une pourriture d’égoïsme incarné.
Mais, bon, on peut lui reconnaître ça, à cet
homme, il avait raison. Ça me tue de le dire
mais c’est vrai... & je suis morte de ne pas
l’avoir écouté, ce grand monsieur de la vie.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M254 , version 2 (9 juin 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Dans 10000 ans, le cube du crâne plongé dans
du liquide céphalo-rachidien, la puce Atmos™
AtmosR
mise dans la moelle d’un automate en carbone
de synthèse, tu repenseras à ces paroles aux
petits décibels. Un algorithme XY de mémoire
recomposée te rejouera la scène. & où seront
ces bouches, alors ? Où seront les corps mis
autour de ces bouches ? En cendres qui sait.
En poussière. En mouton de mélasse. En forme
de cœur cour . En admettant qu’ils soient encore &
encore en vie après tant d’années, nul doute
que l’un d’entre eux se souviendra de toi. À
A
la place de ton nom, ils diront celui-là & à
la place de ton visage il y aura de la buée,
de la sciure ou des marques de dents. & il y
aura des mots dans leurs artères, ils diront
des choses comme, c’était une pommade noire,
je devais me la frotter sur le corps... Sans
elle, j’étais condamné à la déliquescence...
C’est grâce à lui, en réalité, si je suis là
où j’en suis aujourd’hui. Là où il en sera :
dans l’univers immatériel des pensées floues
& connectées. Dans le réseau nano-graphique.
& elle, elle son bec en forme de bouche, son
humeur à la vase majestueuse, elle dira, lui
c’est un monsieur de la ville, un homme sans
attention, une pourriture d’égoïsme incarné.
Mais, bon, on peut lui reconnaître ça, à cet
homme, il avait raison.
Ça me tue de le dire
mais c’est vrai...
& je suis morte de ne pas
l’avoir écouté, ce grand monsieur de la vie.

Tu imagines leurs gueules dans le futur lointain lorsqu’ils se rendront compte que tu avais raison (délire égocentrique).



Tu imagines leurs gueules dans le futur lointain lorsqu’ils se rendront compte que tu avais raison (délire égocentrique).


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « L’éruption étoilée » (Livre de Poche), P. 92.

°