Accueil > Morphine > M279

M279

44C

samedi 4 juillet 2015, par Guillaume Vissac

Ceci pourrait être l’enfer pour moi. C’est
issu d’une telenovela. Pourquoi Leopold, à
l’époque, est allé enregistrer ça ? Ça n’a
aucun rapport avec les autres VHS trouvées
dans la cave où le givre tapi sur le givre
t’attend pour te saisir le cœur lorsque tu
te risques un pied là-dedans. Peut-être le
prédecesseur de Leopold ? Ou celui d’avant
le prédécesseur de Leopold ? Il n’y a rien
sur la tranche, aucune bande autocollante,
aucun titre écrit à la main en lettres aux
angles ronds, comme sur les autres. Alors,
quoi ? Ce que tu sais te rentre dans l’une
de tes paupières & dans l’un de tes yeux :
en mode avance rapide, les greluches à qui
des Ken offrent des coupés cabriolets sont
dépourvues de visage. Ce sont des corps au
cordeau. Des anatomies florissantes. Plein
de bandes grises & amères leur lacèrent le
visage. Les bandes grises & amères du mode
avance rapide & du temps. Un précipité. Un
espace bousculé. Ici, dans ton logement de
fonction, que tu as appris avec le temps à
considérer comme tien, le chauffage est au
bord de la rupture. Les tuyaux blancs là &
là qui lacèrent les murs blancs crachent &
recrachent de la chaleur par intermittence
& l’atmosphère est dure à supporter. De 25
à 30° par moments puis, lorsque le tuyau &
la chaudière s’éteignent, une chute rapide
en-dessous des 15°. Tu as l’impression que
ton corps ne t’appartient plus, que l’aube
est soudainement moins intègre qu’avant...


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M279 , version 3 (5 juillet 2015)

Interlude 7, Le bureau gouvernemental (統治局)

<html > <center > °</center > </html > °

La réplique de telenovela provient de Prose de l’automne à Gérone, de RB.

M279 , version 2 (4 juillet 2015)

Ceci pourrait être l’enfer pour moi. C’est
issu d’une telenovela. Pourquoi Leopold, à
l’époque, est allé enregistrer ça ? Ça n’a
aucun rapport avec les autres VHS trouvées
dans la cave où le givre tapi sur le givre
t’attend pour te saisir le cœur lorsque tu
te risques un pied là-dedans. Peut-être le
prédecesseur de Leopold ? Ou celui d’avant
le prédécesseur de Leopold ? Il n’y a rien
sur la tranche, aucune bande autocollante,
aucun titre écrit à la main en lettres aux
angles ronds, comme sur les autres. Alors,
quoi ? Ce que tu sais te rentre dans l’une
de tes paupières & dans l’un de tes yeux :
en mode avance rapide, les greluches à qui
des Ken offrent des coupés cabriolets sont
dépourvues de visage. Ce sont des corps au
cordeau. Des anatomies florissantes. Plein
de bandes grises & amères leur lacèrent le
visage. Les bandes grises & amères du mode
avance rapide & du temps. Un précipité. Un
espace bousculé. Ici, dans ton logement de
fonction, que tu as appris avec le temps à
considérer comme tien, le chauffage est au
bord de la rupture. Les tuyaux blancs là &
là qui lacèrent les murs blancs crachent &
recrachent de la chaleur par intermittence
& l’atmosphère est dure à supporter. De 25
à 30° par moments puis, lorsque le tuyau &
la chaudière s’éteignent, une chute rapide
en-dessous des 15°. Tu as l’impression que
ton corps ne t’appartient plus, que l’aube
est soudainement moins intègre qu’avant...

Interlude 7, Le bureau gouvernemental (統治局)

°

La réplique de telenovela provient de Prose de l’automne à Gérone, de RB.



Une nouvelle VHS. Des telenovela slaves. Tu ne comprends pas pourquoi. Les filles n’ont pas de visage. Tu laisses défiler la bande en avance rapide. Le chauffage marche par intermittence, alternant le très chaud & le froid.


°

Notes


Interlude 7, Le bureau gouvernemental (統治局)

°

La réplique de telenovela provient de Prose de l’automne à Gérone, de RB.

°