Accueil > Morphine > M28

M28

44C

samedi 25 octobre 2014, par Guillaume Vissac

Tu es encore au bloc, en train de te laver &
te de récurer les 2 bras qui sont, jusqu’aux
coudes, couverts de sang caillé. Anna est là
dans ton dos qui te regarde. Elle dit, ça se
se voit que vous avez... que tu as... amputé
pas mal de fois déjà... C’était très... très
bien... Aussi bien que Leopold Gloum... Avec
sa bouche, elle arrive à faire sonner le mot
Leopold comme Mark Green. Comme c’est beau !
Tu jettes un oeil par-dessous tes sourcils :
leurs visages... Dans les yeux de chacun, de
la considération, de l’étonnement. Même dans
ceux de Damian, même dans ceux de Pélaguéïa.
Juste ça : considération & étonnement. Plein
la bouche de la crache, il faut naviguer, il
faut placer la langue, il faut faire saliver
la salive dans ta gorge. Tu ne sais pas quoi
répondre à ça, considération, étonnement, tu
ne sais pas quoi en faire, non. Tu dis, euh,
je n’en ai pas pratiquées beaucoup des, euh,
des amputations. Tu ne sais pas vraiment, au
juste, pourquoi ta bouche mâche un mensonge.
Dans l’hôpital de Morievo, il n’y a plus que
du silence & la sécrétion du silence. Pas de
bruit. Pas de pensée qui tienne. Pas d’amour
ni de haine. Pas de sueur en suspens. Pas de
plaisir & pas de frustration. Pas le moindre
pouls au coeur. Tout s’est tu. Complètement.


<  -  >
{Révisions}
Aucune révision


Tu te laves les poignets jusqu’aux coudes. Dans leurs yeux, de la considération & de l’étonnement. Tu mens. Puis : tout s’est tu. Complètement.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 21

°