Accueil > Morphine > M287

M287

44C

dimanche 12 juillet 2015, par Guillaume Vissac

Quelqu’un dit, la tête en bas, fines dents
minées de triangles, leurs intentions sont
trop différentes des nôtres. Le vent prend
la verticalité, s’engouffre entre les fûts
& sifflent comme les nuits le vent froid a
l’habitude de faire siffler les lignes des
pêcheurs pendant que tangue le bateau. Les
yeux du pantin brillent en blanc : crèvent
le sang orange qui s’écoule du plafond. De
la télépathie : la tête à l’envers parle à
ce corps de pantin par télépathie & il lui
dit, méfie-toi de son arme. Il veut parler
du garçon. La fille se jette sur le pantin
pour l’attaquer. Le pantin la décapite, il
suffit d’une main. La tête de la fille est
partie en vol plané. Une gerbe de sang, le
sang est bleu, texture épaisse, pas mal de
gras. Quelque chose rit nerveusement... Le
pantin attaque le garçon, il n’esquive pas
& il ne répond pas. Coups de poings, coups
de pieds. Les coups l’enfonce dans le mur.
Le mur craquelle le mur. L’orange fissure,
la couleur constellée de filaments blancs.
Le pantin n’est pas humain, bien sûr... Le
visage de la fille décapitée pleure bleu &
on entend un blues de violoncelle au fond.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M287 , version 2 (12 juillet 2015)

Quelqu’un dit, la tête en bas, fines dents
minées de triangles assez triangulaires , leurs intentions sont
trop différentes des nôtres. Le vent prend
la verticalité, s’engouffre entre les fûts
& sifflent comme les nuits le vent froid a
l’habitude de faire siffler les lignes des
pêcheurs pendant que tangue le bateau. Les
yeux du pantin brillent en blanc : crèvent
le sang orange qui s’écoule du plafond. De
la télépathie : la tête à l’envers parle à
ce corps de pantin par télépathie & il lui
dit, méfie-toi de son arme. Il veut parler
du garçon. La fille se jette sur le pantin
pour l’attaquer. Le pantin la décapite, il
suffit d’une main. La tête de la fille est
partie en vol plané. Une gerbe de sang, le
sang est bleu, texture épaisse, pas mal de
gras. Quelque chose rit nerveusement... Le
pantin attaque le garçon, il n’esquive pas
& il ne répond pas. Coups de poings, coups
de pieds. Les coups l’enfonce dans le mur.
Le mur craquelle le mur. L’orange fissure,
la couleur constellée de filaments blancs.
Le pantin n’est pas humain, bien sûr... Le
visage de la fille décapitée pleure bleu &
on entend un blues de violoncelle au en fond.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Interlude 7 , Le bureau gouvernemental ( 統治局 ) °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



Les voix sont issues d’une sorte de télépathie. Le pantin est méchant, le garçon & la fille sont les héros du truc. Attente. C’est une scène de western. La fille se jette sur le pantin. Le pantin la décapite. Le pantin attaque le garçon.


°

Notes


Interlude 7, Le bureau gouvernemental (統治局)

°