Accueil > Morphine > M301

M301

44C

dimanche 26 juillet 2015, par Guillaume Vissac

Te souviens-tu du bonheur, de son goût, de
son odeur, de sa texture ? C’était quelque
chose qui se mangeait, ça se mâchait. Il y
a eu des jours où c’était insufflé dans le
système nerveux ou dans la moelle épinière
de façon illicite. C’était un ingrédient &
c’était une substance. Tout est si loin de
toi aujourd’hui. Aujourd’hui, tu es le nez
collé au nez reflété dans la vitre froide,
blanchie & austère d’une espèce de Nissan.
Une autre tempête crépite dehors, neiges &
vents violents, blizzard, brouillard, nuit
charbonneuse & néanmoins illuminée, pleine
de fluorescences & de brumes rectilignes &
d’embruns. Il y a 2 possibilités : soit la
nuit est comme endoctrinée par la tempête,
soit les heures du jour ont été ensevelies
sous son poids. Tu ne sais plus très bien,
au juste, si tu vas quelque part, si tu en
reviens ou si tu es encore en transit pour
une autre localité. Une autre localité. La
voix dans le Skype t’avait dit, vous serez
mis dans une autre localité... Pas muté ni
déplacé ni délocalisé mais mis. C’était ou
non une espèce de lapsus monotone. C’était
il y a des mois. Aujourd’hui, tu n’es plus
médecin volant à Morievo mais interne dans
un hôpital de Krasny. Vous êtes 4 internes
& un titulaire, des infirmiers, feldschers
& un laboratoire. Beaucoup de matériel. Un
bon réseau & de la chirurgie synthétique &
des stocks de sang neuf consistants. Tu te
demandes parfois qui a pris ta place là où
tu as passé ta première année à pratiquer.
Probablement un môme. La Nissan s’est mise
dans un coin de la tempête. Le conducteur,
de la toux dans le corps & dans la bouche,
a pris soin de ne pas trop corner la nuit.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M301 , version 3 (26 juillet 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Te souviens-tu du bonheur, de son goût, de
son odeur, de sa texture ? C’était quelque
chose qui se mangeait, ça se mâchait.
Il C’était quelque
chose qui se mangeait , ça se mâchait , il y
a eu des jours où c’était insufflé dans le
système nerveux ou dans la moelle épinière
de façon illicite. C’était un ingrédient &
c’était une substance. Tout est si loin de
toi aujourd’hui. Aujourd’hui, tu es le nez
collé au nez reflété dans la vitre froide,
blanchie & austère d’une espèce de Nissan.
Une autre tempête crépite dehors, neiges &
vents violents, blizzard, brouillard, nuit
charbonneuse & néanmoins illuminée, pleine
de fluorescences & de brumes rectilignes &
d’embruns. Il y a 2 possibilités : soit la
nuit est comme endoctrinée par la tempête,
soit les heures du jour ont été ensevelies
sous son poids. Tu ne sais plus très bien,
au juste, si tu vas quelque part, si tu en
reviens ou , si tu es encore en transit pour
ailleurs
une autre localité. Une autre localité. La
voix dans le Skype t’avait dit, vous serez
mis dans une autre localité... Pas muté ni
déplacé ni délocalisé mais mis. C’était ou
non une espèce de lapsus monotone. C’était
il y a des mois. Aujourd’hui, tu n’es plus
médecin volant à Morievo mais interne dans
un hôpital de Krasny. Vous êtes 4 internes
& un titulaire, des infirmiers , feldschers
&
un laboratoire . Beaucoup de matériel. Un
bon réseau & de la chirurgie synthétique &
des stocks de sang neuf consistants.
Tu te
demandes parfois qui a pris ta place là où
tu as passé ta première année à pratiquer.
Probablement un môme. La Nissan s’est mise
dans un coin de la tempête.
Le conducteur,
de la toux dans le corps & dans la bouche,
a pris soin de ne pas trop corner la nuit.

Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 105-108 105

Tu n’es plus médecin à Morievo désormais. Interne dans un hôpital de Krasny tu cherches à retrouver la trace du bonheur, à l’arrière d’une Nissan. La tempête bouillonne.

M301 , version 2 (26 juillet 2015)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Te souviens-tu du bonheur, de son goût, de
son odeur, de sa texture ? C’était quelque
chose qui se mangeait que tu mangeais , ça se mâchait, il y
a eu des jours où c’était insufflé dans le
système nerveux ou dans la moelle épinière
de façon illicite. C’était Mais c’était presque un ingrédient &
c’était ou une substance. Tout est si C’est loin de
toi aujourd’hui. Aujourd’hui, tu es le nez
collé au nez reflété dans la vitre froide,
blanchie & austère d’une espèce de Nissan.
Une autre tempête crépite dehors, neiges &
vents violents, blizzard, brouillard, nuit
charbonneuse & néanmoins illuminée, pleine
de fluorescences & de brumes rectilignes &
d’embruns. Il y a 2 possibilités : soit la
nuit est comme endoctrinée éclairée par la tempête,
soit les heures du jour ont été ensevelies
sous son poids. Tu ne sais plus très bien,
au juste, si tu vas quelque part, si tu en
reviens, si tu es en transit pour ailleurs
une autre localité.
Une autre localité. La
voix dans le Skype t’avait dit, vous serez
mis dans une autre localité...
Pas muté ni
déplacé ni délocalisé mais mis.
C’était ou
non une espèce de lapsus monotone.
C’était
il y a des mois.
Aujourd’hui, tu n’es plus
médecin volant à Morievo mais interne dans
un hôpital de Krasny.
Vous êtes 4 internes
& un titulaire, des



Tu n’es plus médecin à Morievo désormais. Interne dans un hôpital de Krasny tu cherches à retrouver la trace du bonheur, à l’arrière d’une Nissan. La tempête bouillonne.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 105-108

°