Accueil > Morphine > M304

M304

44C

mercredi 29 juillet 2015, par Guillaume Vissac

Il y a un message vert enregistré dans les
diodes. Skype clignote & c’est vert. C’est
un message qui provient de l’ailleurs dans
le temps. C’était il y a 3 heures environ.
Tu ouvres le message. Il y a de la neige à
la pointe de l’air : ça va bientôt tomber.
Ce message, enregistré pendant ton absence
& dans ton dos, le voici : oui bonjour euh
je sais pas si tu te souviens de moi voilà
c’est Poliakov
(silence) on était ensemble
à l’université
(silence) je suis désolé de
t’appeler maintenant mais je n’ai personne
sous la main & surtout je suis tombé assez
salement malade
(silence) & je ne sais pas
vers qui me tourner
(grand silence) ah oui
mais d’abord il faut que je te dise que je
suis ton successeur à Morievo c’est ça que
je devais te dire pour commencer ça fait 2
mois que j’ai pris la suite tout va bien &
je sais que tu es à Krasny maintenant mais
pas très loin d’ici
(silence) euh bon j’ai
besoin d’aide pour être honnête je ne sais
pas qui d’autre je pourrais contacter dans
ces conditions si tu pouvais venir même un
jour même 2 heures ça m’aiderait beaucoup.

Tu as mis le triangle sur pause, tu manges
l’intérieur de tes joues & tu cherches les
chairs à la canine, sceptique, puis retour
au triangle pour la fin du message. Bon je
ne sais pas sincèrement si c’est utile que
tu viennes peut-être je suis
(silence) bon
peut-être je suis un cas désespéré en fait
peut-être que c’est foutu mais j’ai besoin
d’un avis extérieur & je sais que toi (une
espèce de sanglot qu’on ravale ou d’algues
éclaboussées soigneusement entre 2 ongles)
enfin je respecte ton point de vue en tant
que praticien voilà
(silence interminable,
statique effervescente) s’il te plaît s’il
te plaît si tu peux me rappeler & euh tout
garder pour toi d’accord ?
Puis encore une
ou 2 secondes de statique & le message est
terminé. Aucun souvenir d’aucun Poliakov à
la fac... Rien de rien de rien. Mais ça ne
veut pas dire qu’il n’existe pas non plus.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M304 , version 2 (29 juillet 2015)

Il y a un message vert enregistré dans les
diodes. Skype clignote & c’est vert. C’est
un message qui provient de l’ailleurs dans
le temps. C’était il y a 3 heures environ.
Tu ouvres le message. Il y a de la neige à
la pointe de l’air : ça va tomber bientôt tomber .
Ce message, enregistré pendant ton absence
& dans ton dos, le voici : oui oui bonjour euh
je sais pas si tu te souviens de moi voilà
c’est Poliakov Poliakov (silence) on on était ensemble
à l’université l’université (silence) je je suis désolé de
t’appeler maintenant mais je n’ai personne
sous la main & surtout je suis tombé assez
salement malade malade (silence) & & je ne sais pas
vers qui me tourner tourner (grand silence) ah ah oui
mais d’abord il faut que je te dise que je
suis ton successeur à Morievo c’est ça que
je devais te dire pour commencer ça fait 2
mois que j’ai pris la suite tout va bien &
je sais que tu es à Krasny maintenant mais
pas très loin d’ici d’ici (silence) euh euh bon j’ai
besoin d’aide pour être honnête je ne sais
pas qui d’autre je pourrais contacter dans
ces conditions si tu pouvais venir même un
jour même 2 heures ça m’aiderait beaucoup.
Tu as mis le triangle sur pause, tu manges
l’intérieur de tes joues & tu cherches les
chairs à la canine, sceptique, puis retour
au triangle pour la fin du message. Bon Bon je
ne sais pas sincèrement si c’est utile que
tu viennes peut-être je suis suis (silence) bon
bon
peut-être je suis un cas désespéré en fait
peut-être que c’est foutu mais j’ai besoin
d’un avis extérieur & je sais que toi (une
espèce de sanglot qu’on ravale ou d’algues
éclaboussées soigneusement entre 2 ongles)
enfin je respecte ton point de vue en tant
que praticien voilà voilà (silence interminable,
statique effervescente) s’il s’il te plaît s’il
te plaît si tu peux me rappeler & euh tout
garder pour toi d’accord ? Puis encore une
ou 2 secondes de statique & le message est
terminé. Aucun souvenir d’aucun Poliakov à
la fac... Rien de rien de rien. Mais ça ne
veut pas dire qu’il n’existe pas non plus.



Un appel en absence dans ton Skype. On t’a laissé un message. Un ancien pote de fac aujourd’hui en poste à Morievo, salement malade, te demande de venir. Aucun souvenir du gars en question.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 109-111

°