Accueil > Morphine > M308

M308

44C

dimanche 2 août 2015, par Guillaume Vissac

S’en suivra une nuit d’obsessions, criblée
de mots désarticulés, bombardée de paroles
à la voix courbe, dormir, dormir, la tempe
est dans des doigts pointus, pas le droit,
pas le droit d’en vouloir à quelqu’un pour
ce qu’il articule, il souffre, souffrance,
il a appelé c’est tout, la migraine, car à
cause d’une migraine il faudrait, faudrait
le juger inapte à toute humanité, non, oui
peut-être bien que si, pas vu depuis 2 ans
& voilà que, oui, des images de la fac, un
souvenir peut-être, quelqu’un d’à peu près
humain à cette époque ce type, alors quoi,
pourquoi il en serait là aujourd’hui, hein
pourquoi, la tempe s’est détendue, c’est à
cause de l’immobilité, peu mieux, c’est un
peu mieux c’est presque bien, une sommeil,
une petit peu de sommeil, il y a de la, il
y a de la physiologie dans la sommeil, une
article quelque part l’y a dit, comment la
sommeil prend dans la cervelle, comment la
cellule s’assouplit pour laisser cours aux
boucles du sommeil, la sommeil, impossible
de se souvenir du machin, le manuel & tout
ce qui subsiste c’est l’image d’un médecin
tout en blanc qui se penche sur la table &
à la place de la table c’est un cadavre en
zinc qu’il faudrait disséquer mais le zinc
a fondu & c’est probablement un rêve cette
histoire. Dehors le vent tourne, retourne.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M308 , version 2 (2 août 2015)

S’en suivra une nuit d’obsessions, criblée
de mots désarticulés, bombardée de paroles
à la voix courbe, dormir, dormir, la tempe
est dans des doigts pointus, pas le droit,
pas le droit d’en vouloir à quelqu’un pour
ce qu’il articule, il souffre, souffrance,
il a appelé c’est tout, la migraine, car à
cause d’une migraine il faudrait, faudrait
le juger inapte à toute humanité, non, oui
peut-être bien que si, pas vu depuis 2 ans
& voilà que, oui, des images de la fac, un
souvenir peut-être, quelqu’un d’à peu près
humain à cette époque ce type, alors quoi,
pourquoi il en serait là aujourd’hui, hein
pourquoi, la tempe s’est détendue détendu , c’est à
cause de l’immobilité la
parfaite immobilité , peu c’est mieux, c’est un
peu mieux c’est presque bien, une sommeil,
une petit peu de sommeil, il y a de la, il
y a de la physiologie dans la sommeil, une
article quelque part l’y a dit, comment la
sommeil prend dans la cervelle, comment la
cellule s’assouplit pour laisser cours aux
boucles du sommeil, la sommeil, impossible
de se souvenir du machin, le manuel & tout
ce qui subsiste c’est l’image d’un médecin
tout en blanc qui se penche sur la table &
à la place de la table c’est un cadavre en
zinc qu’il faudrait disséquer mais le zinc
a fondu & c’est probablement un rêve cette
histoire. Dehors le vent tourne, retourne.



Obsessions nocturnes au sujet de ce Poliakov.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 113

°