Accueil > Morphine > M312

M312

44C

jeudi 6 août 2015, par Guillaume Vissac

Tu touches à la peau près du pouls & c’est
pire. Son pouls tire comme un fil... Soie,
nylon. Les pulsations s’enchevêtrent & des
nœuds plein la gorge. Tu les cherches avec
les doigts tu les cherches avec les ongles
tu les cherches avec de l’eau dans l’œil &
de la sueur dans le corps... La main latex
du chirurgien tend vers l’épaule & demande
de la bétadine. Poliakov a une lèvre bleue
qui remue, il dit, non. Laissez tomber, ça
n’est plus la peine, car c’est déjà foutu.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M312 , version 3 (13 mars 2016)

Tu touches à la peau près du pouls & c’est
pire. Son pouls tire comme un fil... Soie,
nylon. Les pulsations s’enchevêtrent & des
nœuds plein la gorge. Tu les cherches avec
les doigts tu les cherches avec les ongles
tu les cherches avec de l’eau dans l’œil &
de la sueur dans le corps... La main latex
du chirurgien tend vers l’épaule & demande
de la bétadine. Poliakov a une lèvre bleue
qui remue, il dit, non. Laissez tomber, ça
n’est plus la peine, car c’est déjà foutu . ... Non, c’est déjà foutu.

M312 , version 2 (6 août 2015)

Tu touches à la peau près du pouls & c’est
pire. Son pouls tire comme un fil... . Soie,
ou
nylon. Les pulsations s’enchevêtrent & des
nœuds plein la gorge. Tu les cherches avec
les doigts tu les cherches avec les ongles
tu les cherches avec de l’eau dans l’œil &
de la sueur dans le corps... La main latex
du chirurgien tend vers l’épaule & demande
de la bétadine. Poliakov a une lèvre bleue
qui remue, il dit, non. Laissez tomber, ça
n’est plus peine... Non, c’est déjà foutu.



Poliakov est mourant.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 114

°