Accueil > Morphine > M314

M314

44C

samedi 8 août 2015, par Guillaume Vissac

Quelqu’un parle de péricarde & on murmure,
on murmure le mot péricarde, il circule le
long de la table du bloc, passe dans l’air
ambiant ; ce serait donc une balle dans le
cœur ? Il y a plusieurs choses dans l’un &
l’autre de tes yeux : des ombres violacées
& des paupières exsangues, des paysages de
synthèse, l’enfoncement des 2 narines dans
le nez, de la sueur silencieuse le long de
la courbe de l’ombre, une rosée de mercure
(ces mots défilent dans ton regard, un peu
d’empathie noire & or). Poliakov ferme les
yeux & il les tient hermétiquement fermés.
Le chirurgien a des nerfs dans le visage &
sa joue saute. Revolver ? Non, Browning...
Ça change peut-être quelque chose. Ou bien
alors c’est autre chose... Toujours est-il
que le chirurgien crache des, allez putain
de merde entre son masque & ses yeux. Il a
de la sueur dans le regard & il s’éloigne,
il s’éloigne de la table d’opération... Un
autre médecin est là. Ils sont identiques.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M314 , version 3 (9 août 2015)

Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 115-116 114-115

M314 , version 2 (8 août 2015)

Quelqu’un parle de péricarde & on murmure,
on murmure le mot péricarde, il circule le
long de la table du bloc, passe dans l’air
ambiant ; ce serait donc une balle dans le
cœur ? Il y a plusieurs choses dans l’un &
l’autre de tes yeux : des ombres violacées
& des paupières exsangues, des paysages de
synthèse, l’enfoncement des 2 narines dans
le nez, de la sueur silencieuse le long de
la courbe de l’ombre, une rosée de mercure
(ces mots défilent dans ton regard, un peu
d’empathie noire & or de compassion peut-être , Polikov ferme les
yeux , il les tient hermétiquement fermés ). Poliakov ferme les
yeux & il les tient hermétiquement fermés.
Le chirurgien a des nerfs dans le visage &
sa joue saute. Revolver ? Non, Browning...
Ça change peut-être quelque chose. Ou bien
alors c’est autre chose... Toujours est-il
que le chirurgien crache des, allez putain
de merde entre son masque & ses yeux. Il a
de la sueur dans le regard & il s’éloigne,
il s’éloigne de la table d’opération... Un
autre médecin est là. Ils sont identiques.



Poliakov s’enfonce. On voit ce que tu vois. Le chirurgien s’impatiente.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 115-116

°