Accueil > Morphine > M345

M345

38c

mardi 8 septembre 2015, par Guillaume Vissac

C’est très difficile pour moi le matin
. Le reste de la journée ça va je pren
ds des forces, je prends appuis sur mo
i mais le matin. Non. Le matin je n’ai
plus prise sur moi. Je ne tiens plus d
ebout : dans ma tête je veux dire. Tou
t est mental. Ce dont je parle, là, c’
est mental. Un rien me fait plonger da
ns la sangle. Dans la sangle dans la s
angle dans les sanglots qu’il faudrait
dire. Dans les larmes toujours. Puis j
e m’enferme dans mon sanctuaire sous u
ne douche brûlante (c’est ça mon sanct
uaire). Personne ne peut m’entendre ic
i pleurer. & quand bien même ce serait
le cas à cause de la porosité des âmes
& des matériaux ici ou de la concavité
des tuyaux eh bien je m’en fous. Oui j
e pleure. Oui l’eau ça me fait pleurer
oui. J’en mets partout oui. & je ne sa
is plus si c’est de l’eau des douches,
si ça provient de moi. Ça n’a pas d’im
portance. Ce sont mes mots préférés ic
i. Ça n’a pas d’importance & je m’en f
ous
. & puis. & puis après j’ai des nau
sées. Vomissements. Pas bon signe ça p
as bon signe. Je suis là je marche, je
tourne en rond dans ma tête & même dan
s la vie. J’en reviens toujours à la n
ausée. Pas bon signe putain de merde !


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M345 , version 2 (8 septembre 2015)

Blog de Poliakov au 19 novembre.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
C’est très difficile pour moi le matin
. Le reste de la journée ça va je pren
ds des forces, je prends appuis sur mo
i mais le matin. Non. Le matin je n’ai
plus prise sur moi. Je ne tiens plus d
ebout : dans ma tête je veux dire. Tou
t est mental. Ce dont je parle, là, c’
est mental. Un rien me fait plonger da
ns la sangle. Dans la sangle dans la s
angle dans les sanglots qu’il faudrait
dire. Dans les larmes toujours. Puis j
e m’enferme dans mon sanctuaire sous u
ne douche brûlante (c’est ça mon sanct
uaire). Personne ne peut m’entendre ic
i pleurer. & quand bien même ce serait
le cas à cause de la porosité des âmes
& des matériaux ici ou de la concavité
des tuyaux eh bien je m’en fous. Oui j
e pleure. Oui l’eau ça me fait pleurer
oui. J’en mets partout oui. & je ne sa
is plus si c’est de l’eau des douches,
si ça provient de moi. Ça n’a pas d’im
portance. Ce sont mes mots préférés ic
i. Ça Ça n’a pas d’importance d’importance & je je m’en f
ous. . & puis. & puis après j’ai des nau
sées.
Vomissements. Pas bon signe ça p
as bon signe.
Je suis là je marche, je
tourne en rond dans ma tête & même dan
s la vie.
J’en reviens toujours à la n
ausée.
Pas bon signe putain de merde !

Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 135.



Blog de Poliakov au 19 novembre.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 135.

°