Accueil > Morphine > M353

M353

38c

mercredi 16 septembre 2015, par Guillaume Vissac

Consultations pendant des heures... Le
feldscher est un fils de pute. On sort
on va fumer une clope à plusieurs, ils
sont là, de leur côté & je suis là moi
du mien, je suis à portée de leur voix
& de leur vocabulaire. Ce fils de pute
raconte l’histoire d’une patiente d’on
ne sait trop où. Accro à l’héroïne, ou
bien à autre chose, je ne sais plus, &
trop fauchée pour pouvoir s’en acheter
ou s’en procurer par divers moyens, la
voilà qui se met, dit le feldscher qui
aime poser des silences dramatiques, a
boire du white spirit ! Ces connnards,
juste là, devant moi, sur l’autre mur,
ils se marrent. Qu’est-ce qu’il y a de
si drôle ? Ils me débectent... Me suis
cassé dans la seconde. Je me suis rete
nu je me suis retenu je me suis retenu
de lui dire... Je ne vais pas écrire i
ci ce que je me suis retenu de lui dir
e, non. C’est une saloperie ce type...
Un peu comme ces psychiatres, tu sais,
qui sont censés aider leurs patients m
ais qui ne savent en rien en rien en r
ien aider personne... Il faut que je m
Les lignes précédentes ont été écrites
dans un état lamentable de manque. Ils
ont été écrits, ces mots, & je ne peux
plus revenir dessus à présent... Je ne
veux pas non plus. Je veux pouvoir les
voir, ces mots. C’est important que je
puisse me regarder droit dans les yeux
avec toutes mes déviances. Clair d’une
lune, ce soir. Je me repose, après une
série de vomissements graisseux, je me
repose. Je suis très faible... J’ai du
mal à lever le bras ou la main. & plus
de sensation dans les ongles. Je trace
mes pensées au crayon à papier : elles
sont pures & orgueilleuses. Pendant un
petit moment, oui, je suis heureux. La
lune brille... C’est beau. Je n’ai que
peu de peur après un shot. Tout est...


<  -  >
{Révisions}
Aucune révision


Blog de Poliakov au 19 janvier.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 139.

°