Accueil > Morphine > M358

M358

38c

lundi 21 septembre 2015, par Guillaume Vissac

Je suis fier de moi. Pas fait piqûre d
epuis 14 heures. 14 ! Un chiffre inima
ginable. La lumière est d’aube & blanc
he & tordue. Dans quelques secondes je
serai bien parfaitement bien juste bie
n comme il faudrait toujours être. J’a
i réfléchi tu sais. J’ai plus besoin d
e rien ni personne. Pas même toi si tu
me lis encore. Si tu me lis encore, eh
bien, je sens bien l’empreinte de ta m
ain sur l’épaule, sur mon épaule, je l
a sens c’est une sensation toute métap
horique, je sais, mais je la sens quan
d même. Tout ça pour dire, pour te dir
e, merci de m’avoir lu. Merci pour ton
regard. Merci pour ta chaleur. Mais, n
on, c’est vrai, non je n’ai pas besoin
de toi en fait. Ce serait inepte de vo
uloir prolonger une vie, une vie parei
lle tu sais. Tu sais. J’ai le remède à
portée de ma main, comment j’ai fait a
u fond pour ne pas le voir plus tôt, h
ein ? J’ai des shots pour 8 jours à po
rtée de ma bouche & mes doigts. J’ai d
es shots pour toujours. Ok. On y va. J
e ne dois rien à personne, tu sais. Je
n’ai entraîné que mon propre corps & m
on âme avec moi. & Anna, bien sûr. Pau
vre Anna. Je t’embrasse si tu es là, A
nna. Je te serre fort contre moi. Quoi
d’autre ? Pas grand chose je crois. Le
s shots sont là, ils m’attendent. Rien
d’autre à dire ici. L’adresse du blog,
je vais te la transmettre. C’est tout.


<  - 
{Révisions}
Aucune révision


Blog de Poliakov au 12 février.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Morphine » (Livre de Poche), P. 141.

°