Accueil > Morphine > M43

M43

44C

dimanche 9 novembre 2014, par Guillaume Vissac

Tu te jettes un manteau sur le corps, coures
sous la pluie de zinc jusqu’à l’hôpital. Une
ombre claque ses semelles derrière ton dos &
à-même la boue noire. Cette même ombre a les
genoux trop lourds & les malléoles lâches. À
la gauche de l’entrée, dans la pénombre, une
pétrolette à moitié chaude. Tu dis, vous qui
avez amené la femme enceinte ? Il y a une ou
plusieurs silhouettes (ou, encore, plusieurs
têtes sur un même cou) & l’une d’entre elles
dit que oui & c’est une femme manifestement.
L’hôpital, malgré l’heure tardive, n’est que
foudre & mouvement. La lumière jaune partout
& électrique. Dans le petit couloir qui mène
à la maternité, tu croises Aksinia qui court
avec une bassine. Il y a un gémissement dans
cette bassine. Tu ouvres la porte & pénètres
dans la salle d’accouchement. Il fait chaud,
beaucoup trop chaud sous le plafonnier blanc
& quelques gouttes te sueurs vont éclore. La
tête d’une femme est là, elle dépasse de son
visage défiguré par la douleur. Des mèches &
des mèches de cheveux coagulées par la sueur
écument & crachent sur son front. Anna a une
sorte de thermomètre dans la main tandis que
Pélaguéïa sort des draps synthétiques de ses
bras filiformes & les déploie. Le feldscher,
dans cette pose rocambolesque, accoudé à une
sorte de mur, ressemble à un Napoléon zébré.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M43 , version 3 (10 novembre 2014)

Tu te jettes un manteau sur le corps, coures
sous la pluie de zinc jusqu’à l’hôpital. Une
ombre claque ses semelles derrière ton dos &
à-même la boue noire. Cette même ombre a les
genoux trop lourds & les malléoles lâches. À
la gauche de l’entrée, dans la pénombre, une
pétrolette à moitié chaude. Tu dis, vous qui
avez amené la femme enceinte ? Il y a une ou
plusieurs silhouettes (ou, encore, plusieurs
têtes sur un le même cou) & l’une d’entre elles
dit que oui & c’est une femme manifestement.
L’hôpital, malgré l’heure tardive, n’est que
foudre & mouvement. La lumière jaune partout
& électrique. Dans le petit couloir qui mène
à la maternité, tu croises Aksinia qui court
avec une bassine. Il y a un gémissement dans
cette bassine. Tu ouvres la porte & pénètres
dans la salle d’accouchement. Il fait chaud,
beaucoup trop chaud sous le plafonnier blanc
& quelques gouttes te sueurs vont éclore. La
tête d’une femme est là, elle dépasse de son
visage défiguré par la douleur. Des mèches &
des mèches de cheveux coagulées par la sueur
écument & crachent sur son front. Anna a une
sorte de thermomètre dans la main tandis que
Pélaguéïa sort des draps synthétiques de ses
bras filiformes & les déploie. Le feldscher,
dans cette pose rocambolesque, accoudé à une
sorte de mur, ressemble à un Napoléon zébré.

Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 24-25 24

M43 , version 2 (9 novembre 2014)

Tu te jettes un manteau sur le corps, coures
sous la pluie de zinc jusqu’à l’hôpital. Une
ombre claque ses semelles derrière ton dos &
à-même la boue noire. Cette même ombre a les
genoux trop lourds & les malléoles lâches. À
la gauche de l’entrée, dans la pénombre, une
pétrolette à moitié chaude. Tu dis, vous qui
avez amené la femme enceinte ? Il y a une ou
plusieurs silhouettes (ou, encore, plusieurs
têtes tête sur le même cou ) & tronc ), l’une d’entre elles
dit que oui & c’est une femme manifestement.
L’hôpital, malgré l’heure tardive, n’est que
foudre & mouvement. La lumière jaune partout
& électrique. Dans le petit couloir qui mène
à la maternité, tu croises Aksinia qui court
avec une bassine. Il y a un gémissement dans
cette bassine. Tu ouvres la porte & pénètres
dans la salle d’accouchement. Il fait chaud,
beaucoup trop chaud sous le plafonnier blanc
& quelques gouttes te sueurs vont éclore. La
tête d’une femme est là, elle dépasse de son
visage défiguré par la douleur. Des mèches &
des mèches de cheveux coagulées par la sueur
écument & crachent sur son front. Anna a une
sorte de thermomètre dans la main tandis que
Pélaguéïa sort des draps synthétiques de ses
bras filiformes & les déploie. Le feldscher,
dans cette pose rocambolesque, accoudé à une
sorte de mur, ressemble à un Napoléon zébré.

Vers l’hôpital. À l’hôpital. Dans les couloirs. Dans la salle d’accouchement.



Vers l’hôpital. À l’hôpital. Dans les couloirs. Dans la salle d’accouchement.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 24-25

°