Accueil > Morphine > M44

M44

44C

lundi 10 novembre 2014, par Guillaume Vissac

À ta vue, tous s’animent. La parturiente est
bouche ouverte, oeil serré. Elle ventile sur
des syllabes monotones. Elle moissonne, elle
est liquide dans sa voix rauque. Elle plaint
la terre entière. Tu as la voix calme, c’est
inattendu : tu dis quelque chose qui n’a pas
beaucoup d’intérêt sinon tester le timbre de
ta voix grave sur d’autres parois que celles
de ton crâne intérieur. Anna, noyée dans une
eau sableuse, dit que c’est une présentation
transversale... On demande des surgical hand
brush
pour t’abrasir les avant-bras. Pendant
que l’eau s’écoule sur la mousse de ta peau,
tu poses à voix haute quelques questions, du
genre insignifiant : ça fait longtemps qu’on
l’a amenée la patiente, elle vient d’où, qui
est le père, où est la mère du père, où sont
les parents d’elle, combien d’autres marmots
il lui est déjà passé par la chair, quel est
le nom de son labrador, à quoi elle pense, à
quoi elle rêve, vers quoi elle tend quand il
lui vient au coeur l’espoir mort-né d’une de
ces vies meilleures... Ce genre de trucs. La
main de Pélaguéïa fait des bouclettes. Quant
à toi, tu t’assieds sur le bord du lit dur :
un bras en latex s’échappe de ta main & s’en
va serpenter le long des ongles & empoigner,
dans une pulsion plastique mais plutôt douce
& tendre, le ventre énorme de cette femme...


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M44 , version 3 (11 novembre 2014)

Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 25-26 25

M44 , version 2 (10 novembre 2014)

Le mot parturiente. Des brosses pour tes avant-bras. Des questions insignifiantes. Toucher la femme.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
À ta ma vue, tous s’animent. La parturiente est
bouche ouverte, oeil serré. Elle ventile sur
des syllabes monotones. Elle moissonne, elle
est liquide dans sa voix rauque. Elle plaint
la terre entière. Tu as la voix calme, c’est
inattendu : tu dis quelque chose qui n’a pas
beaucoup d’intérêt sinon tester le timbre de
ta voix grave sur d’autres parois que celles
de ton crâne intérieur. Anna, noyée dans une
eau sableuse, dit que c’est une présentation
transversale... On demande des surgical surgical hand
brush brush pour t’abrasir les avant-bras. Pendant
que l’eau s’écoule sur la mousse de ta peau,
tu poses à voix haute quelques questions, du
genre insignifiant : ça fait longtemps qu’on
l’a amenée la patiente, elle vient d’où, qui
est le père, où est la mère du père, où sont
les parents d’elle, combien d’autres marmots
il lui est déjà passé par la chair, quel est
le nom de son labrador, à quoi elle pense, à
quoi elle rêve, vers quoi elle tend quand il
lui vient au coeur l’espoir mort-né d’une de
ces vies meilleures... . Ce genre de trucs. ... La
main de Pélaguéïa fait des bouclettes. Quant
à toi, tu t’assieds sur le bord du lit dur :
un bras en latex s’échappe de ta main & s’en
va serpenter le long des ongles & empoigner,
dans une pulsion plastique mais plutôt douce
& tendre, le ventre énorme de cette femme...



Le mot parturiente. Des brosses pour tes avant-bras. Des questions insignifiantes. Toucher la femme.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 25-26

°