Accueil > Morphine > M57

M57

44C

dimanche 23 novembre 2014, par Guillaume Vissac

Une mare de sang. Tes bras, jusqu’aux coudes
& biceps, ils sont couverts de sang. Du sang
sur les draps synthétiques, noirs & caillots
& les tampons de gaze. Noir le sang noir sur
le sol éparpillé poisseux. Flaqué. Moisson &
moisson de sang brassé par la batteuse. Dans
ce sang le corps secoué d’un nouveau-né tenu
par les 2 jambes. Pélaguéïa. Elle lui tapote
le dos ou le squelette. On plonge l’enfant &
son ombre duveteuse dans de l’eau chaude, de
l’eau froide, du sel, du sang, de l’O2 pure.
Il est muet, sa tête est sans le souffle. Il
ballotte dans un sens & dans l’autre & pendu
à un fil il gémit, il se passe quelque chose
& c’est entre le grincement & le soupir puis
un premier cri enroué, un premier cri vivant
& ferme, humain. Quelqu’un a bredouillé plus
ou moins quelque chose, tu ne sais pas qui &
tu ne sais pas quoi. Il est vivant. Tes yeux
sont grand ouverts. Noirs. La mère aussi est
vivante. Putain de merde & rien n’est arrivé
& rien d’abominable ne s’est produit ! Tu es
là, vertical, à lui prendre le pouls. Il est
net & riche & régulier. Elle respire. Elle a
le torse qui cogne, la peau phosphorescente.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M57 , version 2 (23 novembre 2014)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Une mare de sang. Tes bras, jusqu’aux coudes
& biceps, ils sont couverts de sang. Du sang
sur les draps synthétiques, noirs & caillots
&
les tampons de gaze . Noirs & caillots
& les tampons de gaze.
Noir le sang noir sur
le sol éparpillé poisseux. Flaqué. Moisson &
moisson de sang brassé par la batteuse. Dans
ce sang le corps secoué d’un nouveau-né tenu
par les 2 jambes. Pélaguéïa. Elle lui tapote
le dos ou & le squelette. On plonge plongea l’enfant &
son ombre duveteuse dans de l’eau chaude, de
l’eau froide, du sel, du sang, de l’O2 pure.
Il est muet, sa tête est sans le souffle. Il
ballotte dans un sens & dans l’autre & pendu
à un fil il gémit geint , il se passe quelque chose
& c’est entre le grincement & le soupir puis
un premier cri enroué, un premier cri vivant
& ferme, humain. Quelqu’un a bredouillé plus
ou moins quelque chose, tu ne sais pas qui &
tu ne sais pas quoi. Il est vivant. Tes yeux
sont grand ouverts. Noirs. La mère aussi est
vivante. Putain de merde & rien n’est arrivé
& rien d’abominable ne s’est produit ! Tu es
là, vertical, à lui prendre le pouls. Il est
net & riche & régulier. Elle respire. Elle a
le torse qui cogne, la peau phosphorescente.

Flash forward vers la fin de l’opération. Tout est recouvert de sang. Le môme pousse son cri d’entrée en humanité. La mère est vivante.



Flash forward vers la fin de l’opération. Tout est recouvert de sang. Le môme pousse son cri d’entrée en humanité. La mère est vivante.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin (Livre de Poche), P. 32

°