Accueil > Morphine > M63

M63

44C

samedi 29 novembre 2014, par Guillaume Vissac

C’est une rue désertique. L’ombre d’un homme
crénelé est jetée sur le mur où elle enfle :
il porte un chapeau haut de forme. On est au
pied d’un immeuble dont la cime se perd dans
la nuit. La nuit couve sur la ville. Le ciel
est mauve & noir. Silhouettes des buildings,
créneaux sombres & de suie dans la suie. Une
ville en reflet dans un oeil en sursaut. Ils
sont là dans l’iris, ces buildings, reflétés
rouges & blancs. L’ombre a coulé sur le sol,
il ne reste plus que du ciment ici ou là, la
lumière électrique est blafarde, elle génère
plus d’ombre qu’elle n’en tue. On dirait une
sorte d’angoisse, de la tension. Pas de son,
quelques bruits. Une voiture vue de haut, on
dirait qu’elle traverse le napalm de l’ombre
avant de s’arrêter dans une flaque de ciment
desséché. Des panneaux disent, caution & wet
floors
. L’homme crénelé du début est quelque
part en hauteur, il observe, son pantalon en
toile noir bat sous le crachat du vent. Il y
a des bruits de fer & des bruits de friction
& quelque chose de terrible est sur le point
de se produire. Des hommes de main sortent &
se plantent autour de la voiture en silence.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M63 , version 2 (29 novembre 2014)

C’est une rue désertique. L’ombre d’un homme
crénelé est jetée sur le mur où elle enfle :
il porte un chapeau haut de forme. On est au
pied d’un immeuble dont la cime se perd dans
la nuit. La nuit couve sur la ville. Le ciel
est mauve & noir. Silhouettes des buildings,
créneaux sombres & de suie dans la suie. Une
ville en reflet dans un oeil en sursaut. Ils
sont là dans l’iris, ces buildings, reflétés
rouges & blancs. L’ombre a coulé sur le sol,
il ne reste plus que du ciment ici ou là, la
lumière électrique est blafarde, elle génère
plus d’ombre qu’elle n’en tue. On dirait une
sorte d’angoisse, de la tension. Pas de son,
quelques bruits. Une voiture vue de haut, on
dirait qu’elle traverse le napalm de l’ombre
avant de s’arrêter dans une flaque plaque de ciment
desséché blêmisé . Des panneaux disent, caution & wet
floors . caution  ! , wet
floors
.
L’homme crénelé du début est quelque
part en hauteur, il observe, son pantalon en
toile noir bat sous le crachat du vent. Il y
a des bruits de fer & des bruits de friction
& quelque chose de terrible est sur le point
de se produire. Des hommes de main sortent &
se plantent autour de la voiture en silence.



Rue déserte. De la nuit au napalm jetée sur la ville. De la tension. Quelqu’un observe. Une voiture s’arrête. Des hommes de main descendent. Ils vont mourir.


°

Notes


Interlude #2, Pierrot le fou (道化師の鎮魂歌)

°