Accueil > Morphine > M68

M68

44C

jeudi 4 décembre 2014, par Guillaume Vissac

Le fou lui met une droite (ou une gauche, on
ne sait pas, ça va trop vite), il évite sans
difficulté toutes les balles que le héros va
lui shooter à bout portant, on voit toujours
en gros plan ses yeux rouges, son sourire de
dents sèches & pressées comme des craies. Il
esquive les coups de poing de son adversaire
& le fait voltiger à l’envers. On le voit, à
voltiger comme une ombre portée. Le héros ne
touche plus le sol, il rebondit sur tous ses
coups de pied, il fait des triples axel & sa
silhouette renversée agite un corps dépourvu
d’articulation, de rigueur, de substance. Il
finit par s’étaler par terre & son squelette
tressaute. Du silence... De l’angoisse... Ce
visage est sur le point de faire des bruits,
des bruits qui font, kkkkkkk, ou iikkkkk. Ce
genre de bruit. Le fou l’a à sa merci. Il se
tient le haut de forme d’une main & sa canne
canonisée de l’autre, l’air de lui dire good
bye, auf wiedersen, adieu (c’est une tronche
de tueur juste avant cette petite acmé de la
mort, qu’il connaît par coeur) quand soudain
son visage se renverse : un bruit : c’est un
miaulement : il a peur ! Fondue la sueur sur
le visage crispé du héros terrorisé. Oubliée
l’origine du canon avant la balle. Diluée la
mâchoire figée dans ces rangées de dents aux
arêtes abrasives. Comme perdu dans sa fraise
le fou. Comme fou dans sa face blême & celui
qui est à l’origine de la miaule qui devient
soudainement le centre d’attention du fou au
corps crénelé : il l’arrose de mitraillades,
il tire sans réfléchir tout azimut sans même
le viser. C’est un chat frêle sur l’escalier
métallique, au coin de cette rue désespérée.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M68 , version 2 (4 décembre 2014)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le fou lui met une droite (ou une gauche, on
ne sait pas, ça va trop vite), il évite sans
difficulté toutes les balles que le héros va
lui shooter à bout portant, on voit toujours
en gros plan ses yeux rouges, son sourire de
dents sèches & pressées comme des craies. Il
esquive les coups de poing poings de son adversaire
&
le fait voltiger à l’envers opposant . On le voit, à
voltiger comme une ombre portée.
Il le fait voltiger à l’envers. Le On le voit  :
il voltige comme une ombre portée & le héros ne
touche plus le sol,  : il rebondit sur tous ses
coups de pied, il fait des triples axel & ,
sa
silhouette renversée agite promène un corps dépourvu
qui
n’a plus d’articulation, plus de rigueur, de substance . Il
finit par s’étaler par terre & son squelette
tressaute.
Du silence... De l’angoisse... Ce
Il
finit par s’étaler par terre & son squelette
tremble , il y a beaucoup de silence mais son
visage est sur le point de faire des bruits,
des bruits qui font, kkkkkkk, ou iikkkkk, ce
genre de bruit . Ce
genre de bruit.
Le fou l’a à sa merci. Il se
tient le haut de forme d’une main & sa canne
canonisée de l’autre, l’air de lui dire good
bye, auf wiedersen, adieu (c’est une tronche
de tueur juste avant cette petite acmé de la
mort, qu’il connaît par coeur) quand soudain
son visage se renverse : un bruit : c’est un
miaulement : il a peur ! Fondue la sueur sur
le visage crispé du héros terrorisé. Oubliée
l’origine l’orifice du canon avant la balle. Diluée la
mâchoire figée dans ces rangées de dents aux
arêtes abrasives. Comme perdu dans sa fraise
le fou. Comme fou dans sa face blême & celui
qui est à l’origine de la miaule qui devient
soudainement le centre d’attention du fou au
corps crénelé : il l’arrose de mitraillades,
il tire sans réfléchir tout azimut sans même
le viser. C’est un chat frêle sur l’escalier
métallique, au coin de cette rue désespérée.

Baston entre le héros & le fou (suite). Le fou gagne. Lui met l’arme sous le nez prêt à tuer. Quelque chose le fait sursauter. C’est un chat. Il mitraille à tout va, paniqué.



Baston entre le héros & le fou (suite). Le fou gagne. Lui met l’arme sous le nez prêt à tuer. Quelque chose le fait sursauter. C’est un chat. Il mitraille à tout va, paniqué.


°

Notes


Interlude #2, Pierrot le fou (道化師の鎮魂歌)

°