Accueil > Morphine > M75

M75

44C

jeudi 11 décembre 2014, par Guillaume Vissac

La mitraille continue : le fou slalome entre
les impacts de balles. Il tire une roquette.
La roquette s’en va péter dans la tête d’une
gigantesque réplique de cochon qui porte une
tenue marine. Après explosion, des gravats :
ils tombent sur le petit vaisseau une place.
La séductrice serre les dents. L’énorme tête
de cochon géant tombe sur le héros, lequel a
la force & la présence d’esprit de s’enfuir,
de plonger dans la vitrine d’une boutique de
souvenirs & d’y rester. Pas très loin, c’est
l’heure de la parade : des automates géants,
des animaux gigantesques & de la musique qui
couine défilent ensemble en rang serré. Pour
le fou, tout va bien : son rire éclabousse &
macule les espaces alentour. Le héros est du
genre à continuer à subir les balles jusqu’à
ce que mort s’ensuive. Il se met en position
juste en face du malade mental, lequel n’est
plus tout à fait lui-même depuis qu’il croit
entendre une figure de chaton miaulasser. Sa
phobie des félins le reprend. Il se tient le
visage à 2 mains. Il tire au hasard & toutes
les directions prennent cher. Le petit chat,
la figure en peluche, est déchiqueté en 4 ou
5 secondes. Le héros tire pour le sport, ça
ne change rien bien sûr. Le fou s’envole, le
coince de l’autre côté, lui bouche la fuite.
Ils se regardent l’un en face de l’autre, un
beau duel de western maboule en perspective.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M75 , version 2 (11 décembre 2014)

Ça mitraille, ça mitraille. Un gros cochon explose. Le fou devient re-dingue & tire de partout. Comming next : un duel de western.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La mitraille continue : le fou slalome entre
les impacts de balles. Il tire une roquette.
La roquette s’en va péter dans la tête d’une
gigantesque réplique de cochon qui porte une
tenue marine. Après explosion, des gravats :
ils tombent sur le petit vaisseau une place.
La séductrice serre les dents. L’énorme tête
de cochon géant tombe sur le héros, lequel a
la force & la présence d’esprit de s’enfuir,
de plonger dans la vitrine d’une boutique de
souvenirs & d’y rester. Pas très loin, c’est
l’heure de la parade : des automates géants,
des animaux gigantesques & de la musique qui
couine défilent ensemble en rang serré. Pour
le fou, tout va bien : son rire éclabousse &
macule les espaces alentour. Le héros est du
genre à continuer à subir les balles jusqu’à
ce que mort s’ensuive. Il se met en position
juste en face du malade mental, lequel n’est
plus tout à fait lui-même depuis qu’il croit
entendre une figure de chaton miaulasser. Sa
phobie des félins le reprend. Il se tient le
visage à 2 mains. Il tire au hasard & toutes
les directions prennent cher. Le petit chat,
la figure en peluche, est déchiqueté en 4 ou
5 secondes. Le héros tire pour le sport, ça
ne change rien bien sûr. Le fou s’envole, le
coince de l’autre côté, lui bouche la fuite.
Ils se regardent l’un en face de l’autre, un
beau duel de western maboule dingue en perspective.



Ça mitraille, ça mitraille. Un gros cochon explose. Le fou devient re-dingue & tire de partout. Comming next : un duel de western.


°

Notes


Interlude #2, Pierrot le fou (道化師の鎮魂歌)

°