Accueil > Morphine > M76

M76

44C

vendredi 12 décembre 2014, par Guillaume Vissac

Le héros a perdu son flingue, il est nu. Une
seconde il se perd dans le rouge des orbites
blanches du fou. Que faire ? Le duel déçoit.
Il y a comme une espèce de flottement. Entre
eux 2, face à face, la parade est animée par
des animaux en plastique gigantesques & elle
menace de s’interposer. Suspens. Que va-t-il
faire, le héros ? Ils attendent tous 2 qu’un
signe leur donne le feu vert : le héros avec
des lueurs dans les yeux reflétées, & le fou
avec ses dents serrées. Lentement, le héros,
une main derrière son dos, attrape un kunaï.
Le signal est lâché : c’est un reflet vairon
dans l’oeil du héros. Le fou se déchaine sur
la gâchette. Le héros plonge sur le côté. Il
lance son kunaï. Se prend une balle dans les
épaules. Le kunaï se plante dans la cuisse &
le genou du doux dingue. Ça saigne. Stupeur.
C’est le premier projectile à avoir passé la
barrière de son champ magnétique personnel &
ça n’était pas prévu manifestement. Le fou à
l’ombre crénelée tremble & sa voix également
(c’est inattendu). Il commence à pleurer. Ça
lui fait mal, il dit. Il se roule sur le sol
& ça chiale. Il reste là, allongé par terre,
à hurler, pendant que la parade défile & que
cette espèce de faux Pluto sans pantalon lui
marche sur le corps & l’écrase. Le Pluto est
mécanique & il joue du tambour. Aucun bruit.
Le fou est mort. La petite musique paradale,
sans un oeil pour le chaos autour, continue.
Il y a des lunes & des étoiles, tous ils ont
des jambes pour marcher. C’est plus ou moins
terminé car quelqu’un dit : tout est fini...


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M76 , version 2 (12 décembre 2014)

Duel de western. Le fou avec son flingue. Le héros avec un kunaï qu’il plante dans la jambe du malade. Il pleure. Se roule par terre. Se fait piétiner vivant par la parade des animaux made in Spesland. The end.

Le héros a perdu son flingue, il est nu. Une
seconde il se perd reste à regarder le flou dans le rouge des les
blancs de ses orbites
blanches du fou . Que faire ? Le Inégal le
duel déçoit de western .
Il y a comme une espèce de un flottement. Entre
eux 2 , deux face à face, la parade est , animée par
des animaux automates en plastique gigantesques & elle
,
menace de s’interposer. Suspens. Que va-t-il
faire, le héros ? Ils attendent tous 2 qu’un
signal leur donne le feu vert.
Ils attendent tous 2 qu’un
signe leur donne le feu vert  : le Le héros avec
des lueurs dans les yeux reflétées, & le fou
avec ses dents serrées. Lentement, le héros,
une main derrière son dos, attrape un kunaï.
Le signal est lâché : c’est un reflet vairon
dans l’oeil du héros. Le fou se déchaine sur
la gâchette. Le héros plonge sur le côté. Il
lance son kunaï. Se prend une balle dans les
épaules. Le kunaï se plante dans la cuisse &
le genou du doux dingue. Ça saigne. Stupeur.
C’est le premier projectile à avoir passé la
barrière de son champ magnétique personnel &
ça n’était pas prévu manifestement. Le fou à
l’ombre crénelée tremble & sa voix également
(c’est inattendu). Il commence à pleurer. Ça
lui fait mal, il dit. Il se roule sur le sol
& ça chiale. Il reste là, allongé par terre,
à hurler, pendant que la parade défile & que
cette espèce de faux Pluto sans pantalon lui
marche sur le corps & l’écrase. Le Pluto est
mécanique & il joue du tambour. Aucun bruit.
Le fou est mort. La petite musique paradale,
sans un oeil pour le chaos autour, continue.
Il y a des lunes & des étoiles, tous ils ont
des jambes pour marcher. C’est plus ou moins
terminé car quelqu’un dit  : la fin , on entend , tout est fini... maintenant .



Duel de western. Le fou avec son flingue. Le héros avec un kunaï qu’il plante dans la jambe du malade. Il pleure. Se roule par terre. Se fait piétiner vivant par la parade des animaux made in Spesland. The end.


°

Notes


Interlude #2, Pierrot le fou (道化師の鎮魂歌)

°