Accueil > Morphine > M80

M80

44C

mardi 16 décembre 2014, par Guillaume Vissac

On ouvre la porte & la mère apparaît. Elle a
les pieds en suspension quelques centimètres
au-dessus de la surface du sol, cette femme.
La neige n’a pas encore fondue, cramponnée à
la semelle de ses bottes. La neige tient sur
la buée de son regard aussi. Sur le sel d’un
peu de sa peau. Sur la craie des lèvres. Sur
ses bras elle transporte un colis perdu. Une
forme ronde & carrée & ça chiale & ça piaule
& ça crache & lorsqu’elle aura descotché son
colis tu comprendras que c’est une gamine de
3 ans cette chose. Tu n’as qu’à poser l’oeil
sur elle pour oublier un temps tout le gruau
de la médecine & de la chirurgie pratiques :
une vision d’enfant, ça te brise la mâchoire
& ça te force à dire que c’est quelque chose
comme.
À quoi la comparer ? C’est déjà passé.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M80 , version 2 (16 décembre 2014)

On ouvre la porte & la mère apparaît. Elle a
les pieds en suspension quelques centimètres
au-dessus de la surface du sol, cette femme.
La neige n’a pas encore fondue, cramponnée à
la semelle de ses bottes. La neige tient sur
la buée de son regard aussi. Sur le sel d’un
peu de sa peau. Sur la craie des lèvres. Sur
ses bras elle transporte un colis perdu. Une
forme ronde & carrée & ça chiale & ça piaule
& ça crache & lorsqu’elle aura descotché son
colis tu comprendras que c’est une gamine de
3 ans cette chose. Tu n’as qu’à poser l’oeil
sur elle pour oublier un temps tout le gruau
de la médecine & de la chirurgie pratiques :
une Une vision d’enfant, ça te brise la mâchoire
& ça te force à dire que c’est quelque chose
comme.
À quoi la comparer ? C’est déjà passé.

Apparition de la mère (elle lévite). Dans ses mains silencieuses une enfant. Silence & puis contemplation.



Apparition de la mère (elle lévite). Dans ses mains silencieuses une enfant. Silence & contemplation.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Un gosier en acier » (Livre de Poche), P. 35

°