Accueil > Morphine > M82

M82

44C

jeudi 18 décembre 2014, par Guillaume Vissac

La mère se relève rapidement. Elle retrousse
sa honte. La vieille commence à prier. Quant
à la gamine, elle respire toujours comme une
espèce de serpent. Le feldscher dit, & voilà
c’est toujours pareil : le peuple dans toute
sa splendeur. La mère demande si elle mourra
ou si elle va mourir ou si elle est en train
de mourir. Oui... On se frotte les yeux & on
s’arrache les paupières. Donne-lui un médoc,
quelque chose, dit la mère, soulage-là, fais
la guérir. Tu lui dis, qu’est-ce que tu veux
qu’on lui donne, hein ? La môme étouffe ! Tu
l’as laissé crever pendant 5 jours à 10km de
chez moi & maintenant tu me supplies sur les
genoux ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse,
hein ? Elle n’en sait rien. Tu devrais avoir
des remèdes, te dit la vieille, c’est toi le
médecin après tout. Tu lui hurles dessus. Tu
lui demandes de la fermer &, en te tournant,
sèchement, vers le feldscher, tu reprends la
gamine. Elle se débat. Elle veut crier. Mais
sa voix ne sait déjà plus franchir sa gorge.


<  -  >
{Révisions}

2 révisions

M82 , version 3 (18 décembre 2014)

La mère se relève rapidement. Elle retrousse
sa honte. La vieille commence à prier. Quant
à la gamine, elle respire toujours comme une
espèce de serpent. Le feldscher dit, & voilà
c’est toujours pareil : le peuple dans toute
sa splendeur. La mère demande si elle mourra
ou si elle va mourir ou si elle est en train
de mourir. Oui... On se frotte les yeux & on
s’arrache les paupières. Donne-lui un médoc,
quelque chose, dit la mère, soulage-là, fais
la guérir. Tu lui dis, qu’est-ce que tu veux
qu’on lui donne, hein ? La môme étouffe ! Tu
l’as laissé crever pendant 5 jours à 10km de
chez moi & maintenant tu me supplies sur les
genoux ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse,
hein ? Elle n’en sait sais rien. Tu devrais avoir
des remèdes, te dit la vieille, c’est toi le
médecin après tout. Tu lui hurles dessus. Tu
lui demandes de la fermer &, en te tournant,
sèchement, vers le feldscher, tu reprends la
gamine. Elle se débat. Elle veut crier. Mais
sa voix ne sait déjà plus franchir sa gorge.

M82 , version 2 (18 décembre 2014)

De la colère. Beaucoup de colère.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La mère se relève rapidement. Elle retrousse
sa honte. La vieille commence à prier. Quant
à la gamine, elle respire toujours comme une
espèce de serpent. Le feldscher dit, & voilà
c’est toujours pareil : le peuple dans toute
sa splendeur. La mère demande si elle mourra
ou si elle va mourir ou si elle est en train
de mourir. Oui... On se frotte les yeux & on
s’arrache les paupières. Donne-lui un médoc,
quelque chose, dit la mère, soulage-là, fais
la guérir. Tu lui dis, qu’est-ce que tu veux
qu’on lui donne, hein ? La môme étouffe ! Tu
l’as laissé crever pendant 5 jours à 10km de
chez moi & maintenant tu me supplies sur les
genoux ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse,
hein ? Elle n’en sais rien. Tu devrais avoir
des remèdes, te dit la vieille, c’est toi le
médecin après tout. Tu lui hurles dessus. Tu
lui demandes de la fermer &, en te tournant,
sèchement, vers le feldscher, tu reprends la
gamine. Elle se débat. Elle veut crier. Mais
sa voix ne sait déjà plus franchir sa la gorge.



De la colère. Beaucoup de colère.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Un gosier en acier » (Livre de Poche), P. 37

°