Accueil > Morphine > M91

M91

44C

samedi 27 décembre 2014, par Guillaume Vissac

Lidka... On la renverse. On la plaque contre
la table. On lui lave la gorge. On l’enduit,
on la badigeonne. Tu saisis ton scalpel, ton
poignet sec & tendre. Tu penses, putain mais
qu’est-ce que je suis en train de faire ? Un
silence absolu te rentre par la bouche. Tout
est moiteux, tout est comme cotonné & tout a
la forme de la seiche. Tu saisis ton scalpel
& trace une ligne verticale le long de cette
gorge blanche & enflée. Pas de sang, pas une
goutte. Tu passes une 2ème fois le scalpel &
la lame sur une bande blanche, saillie entre
les 2 lèvres de l’incision. Pas de sang, pas
une goutte, pas d’humeur, pas de pétrole. La
peau est tendre & fine comme l’eau de pluie.


<  -  >
{Révisions}

1 révision

M91 , version 2 (28 décembre 2014)

Lidka... On la renverse. On la plaque contre
la table. On lui lave la gorge. On l’enduit,
on la badigeonne. Tu saisis ton scalpel, ton
poignet sec & tendre . Ton
poignet sec & tendre.
Tu penses, putain mais
qu’est-ce que je suis en train de faire ? Un
silence absolu te rentre par la bouche. Tout
est moiteux, tout est comme cotonné & tout a
la forme de la seiche. Tu saisis ton scalpel
& trace une ligne verticale le long de cette
gorge blanche & enflée. Pas de sang, pas une
goutte. Tu passes une 2ème fois le scalpel &
la lame sur une bande blanche, saillie entre
les 2 lèvres de l’incision. Pas de sang, pas
une goutte, pas d’humeur, pas de pétrole. La
peau est tendre & fine comme l’eau de pluie des mers .



On met la môme sur la table. Tu ne sais pas ce que tu fais. On lui coupe la gorge. On lui re-coupe la gorge. Il n’y a pas de goutte de sang.


°

Notes


Cf. Récits d’un jeune médecin, « Un gosier en acier » (Livre de Poche), P. 40

°