Accueil > Morphine > Post-Morphine > MC6

MC6

dimanche 18 septembre 2016, par Guillaume Vissac

Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
t’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, hyperpimpante, elle te demande,
à quel point Miss Khan vous surprend-elle,
sur le plan physique, j’entends ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne : de la poussière dans les
yeux, vent violent mordant sur la bonnette
ou bien de ces quintes d’une toux sinueuse
qui vagissaient hors champ & qui duraient.
Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère... La seule chose qui te reste, c’est
ce qu’il aurait fallu dire (à défaut de ce
que tu as réellement dit) & c’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre. Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie. Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies... Le jour où elle est passée
en naked, elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique l’a séchée & a fait beaucoup
de dégâts... Elle a dû attendre presque un
an avant de recourir. 2 pour retrouver une
forme conforme à l’exigence du niveau pro.
Des mois de travail & d’abnégation... Mais
le problème est ailleurs. Il est mental. À
l’écran, les spécialistes, les consultants
& les journalistes disent toujours ça, que
c’est un problème mental. Ils savent mieux
que personne ce qui est (est ou n’est pas)
mental. Quelque part c’est vrai. Le mental
c’est pire que tes jambes. Avec le mental,
on peut tuer un tank... La Khan a ce qu’il
faut pour pousser à fond ses temps forts &
tirer le meilleur de son corps. Ce qui est
réellement difficile ? C’est de parvenir à
gérer tes temps faibles. En particulier un
trek long comme la Run. Mentalement, c’est
là que ça vacille : privées de ses giclées
d’endorphines + & ses béta compensateurs à
chaque baisse de vigueur, elle sombre... À
cause de ça qu’elle ne parvient pas à tuer
les meilleurs. Elle coule en elle-même, le
plancher se dérobe. & une fois que tu es à
10m de profondeur, dans ta propre matière,
à couler, tu ne vois plus rien de vif. Les
choses se mélangent devant tes yeux & tout
ce que tu peux faire c’est te replier dans
tes propres inaptitudes à... Mais, le long
de ce dialogue intracrânien qui n’a jamais
eu lieu, la journaliste t’interrompt. Elle
te met une main sur l’épaule ou le poignet
ou l’os. Elle te dit, excusez-moi mais, ce
n’est plus de sport que l’on parle, hein ?
Tu ne sais jamais quoi lui répondre... Des
fois, il arrive que tu tentes de pleurer à
l’abri de tes yeux, dans le noir, mais que
rien ne jaillisse sinon une toux saline...


<  -  >
{Révisions}

5 révisions

MC6 , version 6 (18 septembre 2016)

On t’interroge sur le changement de carrière spectaculaire de la Khan. Tu ne sais pas réellement quoi répondre, puis des mots te viennent ensuite, quand c’est trop tard, mais ça ne fait rien.

Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
t’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, hyperpimpante, elle te demande,
à quel point Miss Khan vous surprend-elle,
sur le plan physique, j’entends ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne : de la poussière dans les
yeux, vent violent mordant sur la bonnette
ou bien alors des quintes de ces quintes d’une toux sinueuse
qui vagissaient hors champ & qui duraient.
Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère... La seule chose qui te reste, c’est
ce qu’il aurait fallu dire (à défaut de ce
que tu as réellement dit) & c’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre. Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie. Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies... Le jour où elle est passée
en naked, elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique l’a séchée & a fait beaucoup
de dégâts... Elle a dû attendre presque un
an avant de recourir. 2 pour retrouver une
forme conforme à l’exigence du niveau pro.
Des mois de travail & d’abnégation... Mais
le problème est ailleurs. Il est mental. À
l’écran, les spécialistes, les consultants
& les journalistes disent toujours ça, que
c’est un problème mental. Ils savent mieux
que personne tout le monde ce qui est ( est , ou n’est pas)
mental. Quelque part c’est vrai. Le mental
c’est pire que tes jambes. Avec le mental,
on peut tuer un tank... La Khan a ce qu’il
faut pour pousser à fond ses temps forts &
tirer le meilleur de son corps. Ce qui est
réellement difficile ? C’est de parvenir à
gérer tes temps faibles. En particulier un
trek long comme la Run. Mentalement, c’est
là que ça vacille : privées de ses giclées
d’endorphines + & ses béta compensateurs à
chaque baisse de vigueur, elle sombre... À
cause de ça qu’elle ne parvient pas à tuer
les meilleurs. Elle coule en elle-même, le
plancher se dérobe. & une fois que tu es à
10m de profondeur, dans ta propre matière,
à couler, tu ne vois plus rien de vif. Les
choses se mélangent devant tes yeux & tout
ce que tu peux faire c’est te replier dans
tes propres inaptitudes à... Mais, le long
de ce dialogue intracrânien qui n’a jamais
eu lieu, la journaliste t’interrompt. Elle
te met une main la mains sur l’épaule ou le poignet
ou l’os. Elle te dit, excusez-moi mais, ce
n’est plus de sport que l’on parle, hein ?
Tu ne sais jamais quoi lui répondre... Des
fois, il arrive que tu tentes de pleurer à
l’abri de tes yeux, dans le noir, mais que
rien ne jaillisse sinon une vienne d’autre qu’une toux saline... .

MC6 , version 5 (3 juillet 2016)

Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
t’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, hyperpimpante pimpantes & tout , elle te demande,
à quel point Miss Khan vous surprend-elle,
sur le plan physique , j’entends physiologique je veux dire ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne : de la poussière dans les
yeux, vent violent mordant sur la bonnette
ou bien alors des quintes de toux sinueuse
qui vagissaient hors champ & qui duraient.
Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère... La seule chose qui te reste, c’est
ce qu’il aurait fallu dire (à défaut de ce
que tu as réellement dit) & c’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre. Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie. Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies... Le jour où elle est passée
en naked, elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique l’a séchée & a fait beaucoup
de dégâts... Elle a dû attendre presque un
an avant de recourir. 2 pour retrouver une
forme conforme à l’exigence du niveau pro.
Des mois de travail & d’abnégation... Mais
le problème est ailleurs. Il est mental. À
l’écran, les spécialistes, les consultants
& les journalistes disent toujours ça, que
c’est un problème mental. Ils savent mieux
que tout le monde ce qui est, ou n’est pas
mental. Quelque part c’est vrai. Le mental
c’est pire que tes les jambes. Avec le mental,
on peut tuer un tank... La Khan a ce qu’il
faut pour pousser à fond ses temps forts &
tirer le meilleur de son corps. Ce qui est
réellement difficile ? C’est de parvenir à
gérer tes les temps faibles. En particulier un
trek long comme la Run. Mentalement, c’est
là que ça vacille : privées de ses giclées
d’endorphines + & ses béta compensateurs à
chaque baisse de vigueur, elle sombre... À
cause de ça qu’elle ne parvient pas à tuer
les meilleurs. Elle coule en elle-même, le
plancher se dérobe. & une fois que tu es à
10m de profondeur, dans ta propre matière,
à couler, tu ne vois plus rien de vif. Les
choses se mélangent devant tes yeux & tout
ce que tu peux faire c’est te replier dans
tes propres inaptitudes à... Maisce n’est
plus de la Run ni de la Khan que tu parles
à présent , le long
& ce n’est qu’un souvenir d’une
sorte de ce remake intracrânien d’un dialogue intracrânien qui , lui , n’a jamais
réellement eu lieu, la journaliste t’interrompt . ... Elle
te met la mains sur l’épaule ou le poignet
ou l’os.
Elle te dit, excusez-moi mais, ce
n’est plus de sport que l’on parle, hein ?
Tu ne sais jamais quoi lui répondre... Des
fois, il arrive que tu tentes de pleurer à
l’abri de tes yeux, dans le noir, mais que
rien ne vienne d’autre qu’une toux saline.

MC6 , version 4 (4 juin 2016)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
t’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, pimpantes & tout, te demande, à
quel point Khan vous surprend-elle, sur le
plan physiologique je veux dire ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne : de la poussière dans les
yeux, vent violent mordant sur la bonnette
ou bien alors des quintes de toux sinueuse
qui vagissaient hors champ & qui duraient.
Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère... La seule chose qui te reste, c’est
ce qu’il aurait fallu dire.
La seule chose qui te reste , c’est
ce qu’il aurait fallu dire ( à défaut de ce
que tu as réellement dit ) & c’était C’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre. Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie. Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies... Le jour où elle est passée
en naked , naked , elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique l’a séchée qui a pesé sur elle a fait & a fait beaucoup
de défait des dégâts... . Elle a A dû attendre presque un
an 2
ans avant de recourir. 2 3 pour retrouver une
forme conforme à l’exigence du un
niveau pro professionnel .
Des mois de travail & d’abnégation... Mais
le problème est ailleurs.
Mais ce n’est pas ça
le problème.
Il Le problème est mental. À
l’écran, les spécialistes, les consultants
& les journalistes disent toujours ça, que
c’est un problème mental.
Ils C’est
toujours mental , disent les spécialistes &
les spécialistes savent mieux
que tout le monde ce qui est , ou n’est pas
mental . Quelque part c’est vrai. Le mental
, c’est pire que les jambes. Avec le mental,
on peut tuer un tank... . La Khan Elle , elle a ce qu’il
qui faut pour pousser à fond ses chacun des
temps forts &
tirer le meilleur de son corps qu’elle traverse . Ce qui est
réellement difficile ?
C’est de parvenir Le plus dur ,
le plus pesant à
devoir gérer dans la Run ,
ce sont les temps faibles. En particulier un
trek long comme la Run.
Mentalement, ça
vacille.
Mentalement , c’est
que ça vacille  : privées de Sans ses giclées
d’endorphines + ++ & ses béta compensateurs délivrés à
chaque baisse de vigueur, elle sombre... . À
cause de ça qu’elle ne parvient pas à tuer
les meilleurs.
Elle coule en elle-même, le
plancher se dérobe . & une fois que tu es à
10m de profondeur, dans ta propre matière,
à couler, tu ne vois plus rien de vif.
Les
choses se mélangent devant tes yeux & tout
ce que tu peux faire c’est te replier dans
tes propres inaptitudes à...
Mais ce n’est
plus de la Run ni de la Khan que tu parles
à présent, & ce n’est qu’un souvenir d’une
sorte de remake intracrânien d’un dialogue
qui, lui, n’a jamais réellement eu lieu...

MC6 , version 3 (3 juin 2016)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
t’interviewer d’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, pimpantes & tout, te demande, à
quel point Khan vous surprend-elle, sur le
plan physiologique je veux dire ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne : de la poussière dans les
yeux, vent violent mordant sur la bonnette
ou bien alors des quintes de toux sinueuse
violente
qui vagissaient hors champ & qui duraient.
Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère... La seule chose qui te reste, c’est
ce qu’il aurait fallu dire. C’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre. Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie. Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies... Le jour où elle est passée
en naked, elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique qui a pesé sur elle a fait &
défait des dégâts. A dû attendre presque 2
ans avant de recourir. 3 pour retrouver un
niveau professionnel. Mais ce n’est pas ça
le problème. Le problème est mental. C’est
toujours mental, disent les spécialistes &
les spécialistes savent mieux que tout. Le
mental, c’est pire que les jambes. Avec le
mental, on peut tuer un tank. Elle, elle a
ce qui faut pour pousser à fond chacun des
temps forts qu’elle traverse. Le plus dur,
le plus pesant à devoir gérer dans la Run,
ce sont les temps faibles. Mentalement, ça
vacille. Sans ses giclées d’endorphines ++
& ses béta compensateurs délivrés à chaque
baisse de vigueur, elle sombre. Elle coule
en elle-même.

MC6 , version 2 (2 juin 2016)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Au début de la Run, après 2 étapes molles,
une équipe de journaleux d’Erdenet a voulu
d’interviewer au sujet de la Khan. Celle à
te tendre le micro, les cheveux roses & or
décolorés, pimpantes & tout, te demande, à
quel point Khan vous surprend-elle, sur le
plan physiologique je veux dire ? Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise soit bonne.
Il avait
fallu t’y reprendre à 5 ou 6 fois pour que
la prise prenne  : de la La poussière dans les
yeux, le vent violent mordant sur la bonnette
ou bien alors des quintes de , les
toux violente
sirupeuses qui vagissaient hors champ & qui duraient.
... Tes mots se sont perdus aussi dans la dure
mère ... Tu ne sais plus trop , au
fond , ce que tu avais baragouiné . Mais ils
avaient coupé au montage la seule chose de
valeur dans ta bouche à tes yeux.
La seule chose qui te reste Tu avais
dit , c’est
ce qu’il aurait fallu dire . son mental qui est fort ... C’était venu à
l’improviste, des heures après les prises.
Les journalistes étaient déjà ailleurs, ou
partis, ou en train de diffuser le sujet à
la cime d’une antenne satellite mandorlée.
Physiquement parlant, la Khan n’est pas un
monstre.
Elle a beaucoup perdu lors de son
changement de catégorie.
Transhumaniste, à
cause de l’équipe pro qui bossait derrière
elle, elle bénéficiait de la meilleure des
technologies...
Le jour où elle est passée
en naked, elle a récupéré ses os & muscles
intacts, d’accord, mais le poids médical &
psychologique qui a pesé sur elle a fait &
défait des dégâts.
A dû attendre presque 2
ans avant de recourir.
3 pour retrouver un
niveau professionnel.
Mais ce n’est pas ça
le problème.
Le problème est mental. C’est
toujours mental, disent les spécialistes &
les spécialistes savent mieux que tout.
Le
mental, c’est pire que les jambes.
Avec le
mental, on peut tuer un tank.
Elle, elle a
ce qui faut pour pousser à fond chacun des
temps forts qu’elle traverse.
Pour
avoir effectué un retour au naked après le
transhumanisme mais pas seulement.
Je veux
dire : un bon athlète, en général, il sait
ses points forts.
Il joue de ça. Il appuie
sur ça.
Il va chercher à les optimiser. Le plus dur,
le plus pesant à devoir souvent , c’est de savoir
gérer dans la Run ,
ce sont les temps ses points faibles. Khan a besoin de
progresser à ce niveau-là.
Gérer ses temps
faibles.
C’est ça qui lui fait défaut. Mentalement , Les
grands savent ça
vacille . Sans ses giclées d’endorphines ++
& ses béta compensateurs délivrés à chaque
baisse de vigueur, elle sombre.
Elle coule
en elle-même.



On t’interroge sur le changement de carrière spectaculaire de la Khan. Tu ne sais pas réellement quoi répondre, puis des mots te viennent ensuite, quand c’est trop tard, mais ça ne fait rien.


°

Notes


°