050718


Un ouvrier du bâtiment, au comptoir d’une pharmacie : il essaye de négocier (en vain) un antidouleur pour son dos sans ordonnance. Et quelqu’un à la boulangerie : cherche du travail comme pâtissier (pas plus de succès que l’autre). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui s’en viennent. Ça provient de toute part ce dont je parle. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de paille, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais j’écris littéralement à côté de moi-même (et ça ne peut pas donner quoi que ce soit de bon, d’écrire comme ça comme à côté de soi).

8 août 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#Vide
<  -  >

Partager

Révisions

10 révisions

050718, version 11 (8 août 2018)

Vide
jpg/dsc_0146.jpg
Un ouvrier du bâtiment, au comptoir d’une pharmacie : il essaye de négocier (en vain) un antidouleur pour son dos sans ordonnance. Et quelqu’un à la boulangerie : cherche du travail comme pâtissier (pas plus de succès que l’autre). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui s’en viennent. Ça provient C’est de toute part ce dont je parle. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de paille, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais j’écris littéralement à côté de moi-même (et ça ne peut pas donner quoi que ce soit de bon, d’écrire comme ça comme écrire à côté de soi).

050718, version 10 (7 août 2018)

Un ouvrier du bâtiment, au comptoir d’une pharmacie : essaye de négocier (en vain) un antidouleur pour son dos sans ordonnance. Et quelqu’un Quelqu’un à la boulangerie : cherche du travail comme pâtissier (pas plus de succès que l’autre en vain encore ). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui s’en viennent. C’est de toute part ce dont je parle. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de paille, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais j’écris littéralement à côté de moi-même (et ça ne peut pas donner quoi que ce soit de bon, écrire mais à côté de soi).

050718, version 9 (6 août 2018)

Un ouvrier du bâtiment, au comptoir d’une de la pharmacie : essaye de négocier (en vain) un antidouleur des antidouleurs pour son dos sans ordonnance. Quelqu’un Un autre à la boulangerie : cherche du travail comme pâtissier (en vain encore mais on n’embauchait pas ). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui s’en viennentde toute part . C’est de toute part ce dont je parle. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de paille coquilles à n’en pas douter , il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais j’écris littéralement à côté de moi-même (et ça ne peut pas donner quoi que ce soit de bon, écrire mais à côté de soi ).

050718, version 8 (5 août 2018)

Un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie : essaye de négocier (en vain) des antidouleurs pour son dos sans ordonnance. Un autre à la boulangerie : cherche du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles à n’en pas douter sans doute , il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais j’écris littéralement c’est à côté de moi-même ( que j’écris , encore et encore et ça ne peut pas donner quoi que ce soit de bon ). encore .

050718, version 7 (3 août 2018)

Un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie : essaye de négocier (en vain) des antidouleurs un antidouleur pour son dos sans ordonnance. Un autre à la boulangerie : cherche demande du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles sans doute, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais c’est à côté que j’écris, encore et une fois , encore et une fois , encoreune fois .

050718, version 6 (2 août 2018)

Un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie : il essaye de négocier ( en vain ) pour obtenir un antidouleur pour son dos sans ordonnance. ( en vain ). Un autre mec à la boulangerie : demande du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations et des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles sans doute, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais c’est à côté que j’écris, encore une fois, encore une fois, encore une fois.

050718, version 5 (1er août 2018)

Un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie : il essaye de négocier pour obtenir un antidouleur pour son dos sans ordonnance avoir d’ordonnance (en vain). Un mec à la boulangerie demande demandera du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles sans doute, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais c’est à côté que j’écris, encore une fois, encore une fois, encore une fois .

050718, version 4 (29 juillet 2018)

Un C’est un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie qui essaye de négocier pour obtenir un antidouleur pour son dos sans avoir d’ordonnance (en vain). Un Ou alors c’est un mec à la boulangerie qui demandera du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles sans doute, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais c’est à côté que j’écris, encore une fois, encore une fois .

050718, version 3 (23 juillet 2018)

C’est un ouvrier du bâtiment au comptoir de la pharmacie qui essaye de négocier pour obtenir un antidouleur pour son dos sans avoir d’ordonnance (en vain). Ou alors c’est un mec à la boulangerie qui demandera du travail comme pâtissier (mais on n’embauchait pas). À cause de la chaleur, je vis à dix centimètres du sol. Et le ciel, lui, est à dix centimètres de moi. Il y a des pulsations qui viennent de toute part. Et ce que j’écrirai d’Eff sans regarder ce que je fais, les doigts pleins de coquilles sans doute, il y en a assez pour aujourd’hui d’accord mais c’est à côté que j’écris, encore une fois.

050718, version 2 (6 juillet 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |